Migrants : les Allemands inquiets souhaitent le retour des frontières, Pegida monte en puissance

Manifestation de Pegida, en avril 2015© Fabrizio Bensch Source: Reuters
Manifestation de Pegida, en avril 2015

Quatre Allemands sur cinq souhaitent qu'il y ait désormais des contrôles aux frontières. En majorité, ils jugent mauvaise la politique d'Angela Merkel vis-à-vis des réfugiés ce qui profite au parti anti-migrants Pegida, qui gagne du terrain.

Le sondage paru lundi dans la presse d'outre-Rhin marque un véritable tournant de l'opinion allemande concernant les migrants et leur accueil.

Aujourd'hui, 80% des Allemands se disent en effet favorables à un retour des contrôles aux frontières, 59% estiment que la chancelière allemande n'aurait d'ailleurs pas dû permettre aux migrants de voyager sans entraves entre la Hongrie et l'Allemagne. Pourtant, il y a quelques semaines à peine, 66% des Allemands interrogés pensaient au contraire qu'Angela Merkel avait pris la bonne décision.

Cette opposition à la politique d'asile généreuse menée par la chancelière allemande est particulièrement marquée à l'Est du pays, où les deux tiers des habitants disent réprouver les choix du gouvernement fédéral. Et c'est aussi dans ces Länder d'ex-Allemagne de l'Est que la poussée du mouvement xénophobe et anti-migrants Pegida, s'est faite la plus forte ces dernières semaines, et ce, même si des manifestations anti-fascistes fleurissent dans tout le pays pour s'y opposer.

Percée de Pegida aux municipales de Dresde : le parti prospère malgré les sondages

Les partisans de Pegida, les Européens patriotes contre l'islamisation de l'Occident, étaient d'ailleurs réunis dans les rues de Dresde, le 5 octobre, pour une nouvelle démonstration de force. Un exercice plutôt réussi puisqu'environ 10 000 personnes ont défilé sous des bannières accusant Angela Merkel de «haute-trahison» ou «d'ethnocide contre le peuple allemand».

«Cela ne s'arrêtera pas à 1,5 ou 2 millions d'arrivées», lançait à la foule le co-fondateur du mouvement, Lutz Bachmann, qui est par ailleurs poursuivi en justice pour avoir traité la semaine dernière les demandeurs d'asile «d'animaux», «d'ordures» et de «sales racailles» avant d'enchaîner: «ils vont faire venir leurs épouses et un, deux, trois enfants. C'est impossible d'intégrer toutes ces personnes».

Parmi les nouveaux militants de Pegida, on retrouve ainsi beaucoup d'Allemands ordinaires, note TheLocal.de, qui manifestent par crainte de voir leurs vies bouleversées par ces arrivées massives de migrants, à l'image de Franck, 59 ans. «Je ne suis pas militant d'extrême-droite mais je suis effrayé. Je pense à mes enfants et petits-enfants», a t-il expliqué à l'AFP, exprimant son inquiétude face à «l'islamisation» de son pays. Ce dernier estime enfin que la majorité des réfugiés arrivant en Allemagne sont, à ses yeux, des migrants économiques.

Un document confidentiel, dévoilé hier par le quotidien Bild, démontre que le gouvernement allemand sera forcé de revoir à la hausse ses prévisions d'arrivées de demandeurs d'asile, les portant désormais à 1,5 millions pour 2015, soit le double de ce qui avait été initialement annoncé. Une information que le porte-parole adjoint du gouvernement, Georg Streiter, a rapidement démentie.

Aller plus loin: Le gouvernement récuse les estimations annonçant l'accueil de 1,5 millions de migrants en 2015

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales