La Russie dénonce des «tentatives de mise en place d'un ordre international» occidentalo-centré

La Russie dénonce des «tentatives de mise en place d'un ordre international» occidentalo-centré© Maxim Blinov Source: Sputnik
Le ministère russe des Affaires étrangères (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Lors d'une visioconférence du Conseil de sécurité de l'ONU, le chef de la diplomatie russe a reproché aux pays occidentaux de multiplier les formats de dialogues limités à certains partenaires au détriment d'un multilatéralisme plus global.

Moscou s'inquiète d'initiatives diplomatiques occidentales qui limiteraient l'étendue des dialogues multilatéraux : c'est ce qu'a exprimé, ce 7 mai, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d'une session ministérielle des pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU organisée par son homologue chinois Wang Yi.

Louant le multilatéralisme lorsqu'il se fait «sur une base collégiale», le chef de la diplomatie russe a déclaré être témoin, ces derniers temps, «de tentatives de mise en place d'un ordre international [...] pour imposer à tous de nouvelles règles élaborées dans des instances non inclusives et des cercles».

En cause : un «Sommet des démocraties» que l'administration Biden a promis d'organiser – sans précision ni de date ni de détails – et qui, selon Sergueï Lavrov, «ferait apparaître des lignes de fracture dans le monde». Autres exemples : l'appel au respect du droit humanitaire signé de 43 Etats ou l'appel à l'appui de la liberté d'expression auquel participent une trentaine d'Etats, constituent pour le chef de la diplomatie russe des «preuves d'une certaine unipolarité en Occident». 

Pourtant, à l'issue d'une réunion virtuelle le 19 février dernier, les dirigeants du G7 (soit les Etats-Unis, la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Italie, le Canada et le Japon) avaient déclaré vouloir faire de 2021 «un tournant pour le multilatéralisme». La chancelière allemande Angela Merkel s'était alors félicitée que le multilatéralisme ait «à nouveau plus de chances au sein du G7» après la présidence américaine de Donald Trump, évoquant les «premières décisions» de Joe Biden, comme le retour des Etats-Unis dans l'Accord de Paris sur le climat. Or, quelques jours plus tard le 19 février, le chef d'Etat américain avait annoncé le retour... de «l'alliance transatlantique».

En février toujours, Sergueï Lavrov avait accusé l'Occident de chercher à affaiblir certains pays, en contradiction avec les ambitions multilatérales affichées : «Nos partenaires occidentaux ne veulent pas, ne sont pas prêts et ne peuvent pas parler sur la base de l'égalité. Que ce soit avec la Russie, avec la Chine ou avec n'importe qui d'autre. Ils ont grandement besoin d'une structure dans laquelle ils pourraient dominer. C'est pourquoi ils n'aiment pas les Nations unies parce qu'ils ne peuvent pas les contrôler à 100 %», avait-il martelé.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»