«Multilatéralisme» ? Pour Moscou, les Occidentaux refusent le dialogue d'égal à égal

«Multilatéralisme» ? Pour Moscou, les Occidentaux refusent le dialogue d'égal à égal© Ministère russe des Affaires étrangères Source: Sputnik
Sergei Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, le 10 février 2021 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Alors que les dirigeants du G7 affirment voir des opportunités en matière de «multilatéralisme» sous Joe Biden, le chef de la diplomatie russe déplore l'absence de volonté de leur part d'établir un dialogue sur la base de l'égalité.

Entre ledit «tournant pour le multilatéralisme» dont se sont félicités les membres du G7 simultanément à l'intervention de Joe Biden lors de la conférence sur la sécurité de Munich, et la perception de la situation par le ministre russe des Affaires étrangères, le fossé est considérable. 

Cité le 19 février par l'agence Tass, Sergueï Lavrov a en effet estimé que l'Occident cherchait à affaiblir les pays entourant la Russie dans le cadre d'«une politique russophobe».

Nos partenaires occidentaux ne veulent pas, ne sont pas prêts et ne peuvent pas parler sur la base de l'égalité

«Ils cherchent à affaiblir autant que possible tout ce qui se trouve autour de nous : la Biélorussie, l'Asie centrale et maintenant le Caucase du Sud», a souligné le haut diplomate russe, précisant qu'il faisait toutefois une différence entre la situation actuelle et l'idéologie de blocs propre à l'époque de la guerre froide.

«Cela signifie seulement que nos partenaires occidentaux ne veulent pas, ne sont pas prêts et ne peuvent pas parler sur la base de l'égalité. Que ce soit avec la Russie, avec la Chine ou avec n'importe qui d'autre. Ils ont grandement besoin d'une structure dans laquelle ils pourraient dominer. C'est pourquoi ils n'aiment pas les Nations unies parce qu'ils ne peuvent pas les contrôler à 100 %», a-t-il ainsi fait remarquer.

Quid du «multilatéralisme» prôné par le G7 ?

Les propos du chef de la diplomatie russe interviennent dans la foulée de l'intervention de Joe Biden à la conférence sur la sécurité de Munich, concomitamment à laquelle les pays membres du G7 ont publié un communiqué évoquant «un tournant pour le multilatéralisme», après les quatre ans d'unilatéralisme imputé à la présidence de Donald Trump.

Reste à voir en quoi consiste ce «tournant» : le 46e président des Etats-Unis a mené dans son discours une virulente charge contre la Russie, la Chine ou encore l'Iran, accusant respectivement les trois pays de vouloir «attaquer [les] démocraties», de «saper les fondations du système économique international» et de mener des «activités déstabilisatrices au Moyen-Orient». En outre, il est à noter que prenant le contre-pied de son prédécesseur Donald Trump, l'actuel chef d'Etat américain a fait savoir qu'il ne comptait pas adresser d'invitation à la Russie pour qu'elle participe aux discussions du groupe des sept.

Pour sa part, le Kremlin a fait savoir que la Russie poursuivrait ses efforts visant à rétablir de bonnes relations avec les Etats-Unis et l'Union européenne. «Nous faisons beaucoup pour y parvenir, en essayant d'encourager nos partenaires de dialogue à faire preuve de volonté pour normaliser les liens», a déclaré ce 20 février Dimitri Peskov, porte-parole de la présidence russe, tout en déplorant une absence de réciprocité du côté occidental.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»