Le régulateur russe des médias enjoint Google à lever des restrictions sur les chaînes YouTube de RT

Le régulateur russe des médias enjoint Google à lever des restrictions sur les chaînes YouTube de RT© Reuters / Dado Ruvic ; Sputnik / Ilya Pitalev
(image d'illustration)

Roskomnadzor, l'autorité russe de régulation des télécommunications, est monté au créneau ce 24 avril pour demander à Google la levée de restrictions infligées par YouTube à des comptes internationaux de RT.

«Roskomnadzor a envoyé à la direction de la société Google LLC une lettre exigeant de lever dans les plus brefs délais toutes les restrictions liées à la chaîne YouTube de RT, appartenant au média du même nom», a fait savoir, ce 24 avril, l'autorité russe de régulation des télécommunications. En cause : «La plateforme d’hébergement vidéo a bloqué un certain nombre de vidéos de la chaîne russe, et également limité la possibilité de publier des vidéos et de diffuser en direct, invoquant la diffusion d’informations erronées sur l’infection au nouveau coronavirus, ou Covid-19, et ses conséquences.»

Un acte de censure contre les médias russes

Dans sa lettre adressée à Google (propriétaire de YouTube), Roskomnadzor déclare que ces mesures restrictives violent les principes de libre circulation de l’information et de libre accès aux informations et constituent «un acte de censure contre les médias russes».

La veille, la chaîne YouTube de RT en langue anglaise s'était vu interdire de diffuser son direct pour une semaine, après la publication de vidéos accusées par la plateforme de «désinformation». Parmi celles-ci figuraient l'interview, traduite en anglais, d'un célèbre virologue russe, Dmitri Lvov, par le journaliste de RT Anton Krasovsky, ainsi que la couverture de manifestations anti-restrictions sanitaires en Angleterre.

Le même 23 avril, la version en allemand de RT faisait savoir que sa chaîne YouTube avait reçu un deuxième avertissement («strike»), après la publication d'une vidéo de manifestation à Melbourne datant... d'octobre 2020. YouTube n'a pas précisé ce qu'elle reprochait à cette vidéo, selon RT en allemand. La chaîne considère néanmoins que le problème pourrait provenir du fait qu'on entend, dans cette vidéo, un manifestant crier : «Le Covid n'existe pas !», avant que les forces de l'ordre ne le saisissent. Le premier «strike» infligé à la chaîne YouTube de RT en allemand ciblait quant à lui une interview du docteur Claus Köhnlein, dans laquelle celui-ci remettait notamment en cause la pertinence des méthodes de test PCR du Covid-19. Or, le présentateur lui opposait des contre-arguments et des données de l'OMS.

Le second «strike», indique RT en allemand, implique des restrictions dans la publication de vidéos pour deux semaines sur YouTube.

Au cours des dernières années, les autorités russes ont accusé à de nombreuses reprises les grandes plateformes de diffusion de contenus américaines de réaliser des censures et restrictions à visée politique, et en particulier de discriminer les médias russes.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»