Spéculation ? L'UE change d'avis sur le nombre de militaires russes à la frontière ukrainienne

Spéculation ? L'UE change d'avis sur le nombre de militaires russes à la frontière ukrainienne© AFP / FRANÇOIS WALSCHAERTS
Le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, à l'issue d'une réunion avec les ministres européens des Affaires étrangères à Bruxelles le 19 avril 2020.

Josep Borrell avait avancé le chiffre de 150 000 soldats russes à la frontière ukrainienne, refusant de préciser sa source. Dans une retranscription, le chiffre a été remplacé par 100 000 hommes, une donnée dont la provenance est tout aussi obscure.

Alors que les tensions sont vives ces dernières semaines autour de l'Ukraine, accusée par Moscou de «provocations» dans l'est du pays, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne (UE) se réunissaient pour évoquer une fois de plus leurs relations avec la Russie, ce 19 avril. L'occasion pour le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell de se livrer à une spéculation sur le nombre de soldats russes mobilisés... quitte à verser dans la surenchère.

Borrell refuse de préciser ses sources

En conférence de presse à l'issue d'une visioconférence avec les ministres, Josep Borrell a ainsi accusé la Russie d'avoir déployé «150 000 militaires russes à la frontière avec l'Ukraine», considérant qu'il s'agissait «du déploiement le plus massif auquel nous ayons jamais assisté». Interrogé sur la fiabilité de ce chiffre, le dirigeant européen est resté particulièrement flou, refusant de livrer la source de son information : «Je ne peux pas vous dire d'où cela vient, mais c'est mon nombre de référence [...] C'est préoccupant. On n'est pas à l'abri d'un incident.»

Pourtant, dans le texte du discours du chef de la diplomatie européenne mis en ligne dans la soirée, le chiffre «de référence» du chef de la diplomatie a été corrigé et remplacé par celui de «100 000» hommes. En guise d'explication, toujours pas de source, mais une simple astérisque portant la mention : «Ce chiffre a été corrigé de 150 000.»

Une réaction à l'«activité croissante» de l'OTAN à la frontière russe

De son côté, Moscou n'a pas réagi dans l'immédiat à ces spéculations. Mais, si la Russie ne s'est pas exprimée sur le nombre exact de troupes déployées à sa frontière avec l'Ukraine, elle en a néanmoins expliqué les raisons à plusieurs reprises.

Le 2 avril, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov avait ainsi précisé que les mouvements de troupes russes à l'intérieur du territoire national étaient une mesure nécessaire «pour assurer la sécurité [des] frontières [russes]». Il avait évoqué «une activité croissante des forces armées de pays membres de l’OTAN, d’autres alliances et de pays indépendants [...] constatée le long de la frontière de la Russie». 

«Cela ne doit inquiéter personne, cela ne pose aucune menace pour personne», avait alors poursuivi Dmitri Peskov.

Auteur: RT France

Dans le contexte d'un regain de tensions entre Kiev et les forces rebelles, qui refusent de reconnaître les autorités issues du coup d'Etat de 2014, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov s'était pour sa part inquiété d'un risque de débordement du conflit voisin sur le territoire russe. «On entend des questions comme : "Que fait la Fédération de Russie à la frontière avec l’Ukraine ?". La réponse est très simple : on y vit», avait-il fait remarquer en conférence de presse le 12 avril.

Et le chef de la diplomatie russe d'ajouter : «Et quant à ce que font là-bas les Etats-Unis, leurs navires et leurs militaires qui organisent constamment des activités dans le cadre de l’OTAN en Ukraine, à des milliers de kilomètres de leur propre territoire, cette question reste, jusqu’à présent, sans réponse.»

Si les Etats-Unis ont finalement renoncé à déployer, comme cela avait été annoncé par Ankara, deux navires en mer Noire, la présence américaine dans la région est néanmoins bien réelle. Une délégation militaire étasunienne s'était en effet rendue quelques jours plus tôt dans le Donbass sur la ligne de front pour s'entretenir avec les troupes ukrainiennes, comme l'avait fait le président Volodymyr Zelensky le même jour. L'Ukraine doit par ailleurs mener des exercices militaires conjoints avec l'OTAN prochainement.

Toutefois, si Kiev n'a eu de cesse ces derniers jours de multiplier les appels à l'Union européenne et à l'Alliance atlantique en vue d'une adhésion, les deux institutions n'ont pas fait, pour l'heure, de pas concret dans cette direction.

Berlin, qui n'a toujours pas renoncé au projet de gazoduc Nord Stream 2 malgré les menaces américaines, avait même sensiblement tempéré les ardeurs des autorités ukrainiennes. «L'Ukraine a le droit de choisir librement et a ses propres besoins politiques. Néanmoins, aucune étape supplémentaire en vue de son adhésion n'est envisagée en ce moment», avait ainsi fait valoir Ulrike Demmer, une porte-parole du gouvernement allemand citée par DW le 7 avril.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»