Algérie : la France défend son ambassadeur après les critiques du gouvernement

Algérie : la France défend son ambassadeur après les critiques du gouvernement© Geoffroy van der Hasselt Source: AFP
Cliché pris à Paris le 17 mars 2019 (image d'illustration).

La France a regretté les propos du porte-parole du gouvernement algérien Ammar Belhimer qui a invité l'ambassadeur français à ne plus rencontrer les chefs de partis politiques d'opposition, dont certains sont partisans du Hirak.

Le 12 avril, la France a déploré les critiques du gouvernement algérien à l'endroit de son ambassadeur François Gouyette, qui rencontre fréquemment des chefs de partis politiques – un geste mal perçu par les autorités algériennes.

«Nous déplorons ces différentes déclarations, qui ne reflètent ni la qualité de nos relations bilatérales, ni la dynamique de leur renforcement, soutenue au plus haut niveau par les autorités de nos deux pays», a affirmé la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères cité par l'AFP, ajoutant que François Gouyette «effectu[ait] sa mission dans le plein respect de la souveraineté algérienne.»

Interrogé par le journal en ligne Arabic Post le 10 avril, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement algérien, Ammar Belhimer, a notamment invité le diplomate français à s'abstenir de rencontrer des opposants favorables au Hirak, mouvement contestataire initié le 16 février 2019 en Algérie.

La diplomatie algérienne invite le France à «corriger la situation»

«Je crois que l’ambassadeur de France ne ratera pas ces précieuses opportunités grâce à sa grande expérience et sa connaissance des limites et des règles de la pratique diplomatique, notamment en Algérie, qui, le cas échéant, n’hésitera pas à prendre les mesures nécessaires pour corriger la situation», a-t-il déclaré.

Peu auparavant avait eu lieu le report d'un déplacement du Premier ministre français, Jean Castex, prévu le 11 avril à Alger, les autorités algériennes ayant jugé le format de la délégation française trop réduit par rapport aux enjeux de cette visite. Du côté français, la visite aurait été reportée à cause d'une logistique sanitaire complexe.

Le 9 avril, le ministre algérien du Travail, Hachemi Djaaboub, avait marqué les esprits en affirmant que la France était un «ennemi traditionnel et éternel» de l'Algérie. Dans la foulée, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes Clément Beaune avait insisté sur le fait qu'il fallait «apaiser tout cela.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»