Covid-19 : l'OMS veut creuser l'hypothèse d'une fuite d'un laboratoire en Chine

- Avec AFP

Covid-19 : l'OMS veut creuser l'hypothèse d'une fuite d'un laboratoire en Chine© Fabrice Coffrini/Pool Source: Reuters
Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus lors d'une conférence de presse à Genève, le 3 juillet 2020 (image d'illustration).

S'exprimant sur le rapport rendu par une équipe de l'OMS après une visite en Chine sur l'origine du virus, le patron de l'agence de l'ONU a exprimé des doutes sur cette «évaluation», appelant à «de nouvelles missions avec des experts spécialisés».

Le patron de l'OMS, accusé d'être trop complaisant envers Pékin, a durci le ton le 30 mars en se disant prêt à envoyer des experts enquêter sur l'hypothèse qu'une fuite d'un laboratoire chinois soit à l'origine de la pandémie. La Chine a toujours nié cette possibilité.

Cette thèse, selon laquelle le virus du Covid-19 s'est échappé d'un laboratoire de Wuhan, la ville chinoise où les premiers cas ont été détectés fin 2019, a été défendue avec force par l'administration américaine sous la présidence de Donald Trump, se basant sur les informations de ses services de renseignement. Des experts internationaux dépêchés en Chine par l'Organisation mondiale de la Santé en janvier pour mener l'enquête sur l'origine de la pandémie plus d'un an après son début, l'ont pratiquement exclue, jugeant «extrêmement improbable» que le virus provienne d'un laboratoire.

Sortant de son silence sur le sujet, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a créé la surprise le 30 mars en affirmant que cette hypothèse demande des enquêtes supplémentaires, «probablement avec de nouvelles missions avec des experts spécialisés que je suis prêt à déployer». Même si l'équipe a visité plusieurs laboratoires à Wuhan et envisagé l'hypothèse d'un incident de laboratoire, «je ne pense toutefois pas que cette évaluation ait été suffisamment approfondie», a-t-il dit.

Les Américains ont à plusieurs reprise souligné que cette équipe ne comportait pas de spécialiste capable d'évaluer la sécurité des laboratoires. Le docteur Ghebreyesus a également indiqué que les experts internationaux lui «avaient fait part de leurs difficultés à accéder aux données brutes» pendant leur séjour en Chine. Une rare critique publique de la façon dont Pékin a géré cette enquête conjointe. «J'espère que de nouvelles études collaboratives seront basées sur un partage de données plus large et plus rapide», a-t-il ajouté.

Le chef de la délégation de scientifiques internationaux, Peter Ben Embarek, a minimisé la chose en conférence de presse le 30 mars, affirmant qu'en Chine comme ailleurs certaines données ne pouvaient être partagées pour des raisons de respect de la vie privée, et qu'il s'efforçait de trouver des solutions pour avoir accès aux données «dans la phase 2 de l'étude». Il a par ailleurs reconnu qu'aucune enquête exhaustive n'avait été faite sur les laboratoires chinois, mais a fait valoir que les experts n'avaient reçu aucun «argument solide ou éléments de preuve» venant étayer l'hypothèse d'une fuite de laboratoire, qu'elle soit volontaire ou accidentelle. Dès les premiers cas fin décembre 2019, le personnel des laboratoires de Wuhan a fait des recherches sur l'origine du virus, sans toutefois trouver de trace dans leurs dossiers ou échantillons, a-t-il raconté.

La Chine dénonce la «politisation» de l'étude sur les origines de la pandémie

Le durcissement de ton du patron de l'OMS à l'égard de Pékin survient alors que les Etats-Unis, sous la présidence de Joe Biden, sont revenus dans le giron de l'organisation onusienne, après des mois d'absence. L'ancien président américain Donald Trump a été le critique le plus féroce de l'OMS, la qualifiant même de «marionnette de la Chine». Il avait fini par couper les ponts avec l'organisation en retirant, l'an dernier, les Etats-Unis de l'agence.

Mais la nouvelle administration démocrate souligne qu'elle entend justement profiter de sa place retrouvée à la table pour réformer l'agence basée à Genève. Les Etats-Unis et treize pays alliés, dont le Royaume-Uni, Israël et le Canada ont ainsi exprimé le 30 mars leurs «préoccupations» dans une déclaration commune au sujet du rapport de l'OMS, réclamant à la Chine de donner «pleinement accès» à ses données. L'UE a de son côté pointé «le démarrage tardif de l'enquête, le retard dans le déploiement des experts [en Chine] et la disponibilité limitée des spécimens et données» remontant aux débuts de la pandémie, mais a jugé que le rapport est un «premier pas utile» avant de nouvelles investigations qui imposent d'avoir accès «à tous les lieux appropriés, et à toutes les données» disponibles.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères chinois a affirmé que la «politisation» de l'étude des origines de la pandémie ne ferait que nuire à la coopération internationale, et souligné avoir fait preuve d'«ouverture» dans son attitude à l'égard des experts internationaux.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»