Trudeau accuse Poutine d’être «responsable de toutes sortes de choses terribles»

Trudeau accuse Poutine d’être «responsable de toutes sortes de choses terribles»© Blair Gable Source: Reuters
Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, prend la parole à la Chambre des communes, le 23 mars 2021.

Après Joe Biden, c'est au tour de Justin Trudeau de s'en prendre à Vladimir Poutine. Sans affirmer que le dirigeant russe était un «tueur», il a néanmoins assuré que ce dernier chercherait à déstabiliser les «démocraties» occidentales.

Interrogé le 24 mars sur la chaîne Sirius XM au sujet des violents propos tenus par Joe Biden à l’égard de Vladimir Poutine, le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, a affirmé qu’il n’avait pas d’informations permettant d’affirmer que le dirigeant russe était un «tueur». Il a néanmoins assuré que Vladimir Poutine était «responsable de toutes sortes de choses terribles».

«Que ce soit l'invasion de la Crimée, les importantes cyberattaques dont il est responsable et la tentative de déstabiliser nos démocraties, je suis certain qu'il est responsable de toutes sortes de choses terribles parce que son comportement continue de le démontrer», a-t-il déclaré. Au sujet de ses rencontres avec Vladimir Poutine depuis 2015, il a ainsi commenté : «J'ai toujours eu l'impression qu'il vous regardait et qu'il vous disait ce qui l'arrange à un moment donné.»

«Ce que le monde occidental ou le Canada pensent de lui ne l'intéresse pas particulièrement», a-t-il ajouté, jugeant au passage que Vladimir Poutine n'était «ni un soutien, ni un ami» du Canada. Quelques heures avant la déclaration de Justin Trudeau, le Canada a décrété de nouvelles sanctions contre neuf responsables russes en réponse à l'empoisonnement présumé et à l'emprisonnement de l'opposant Alexeï Navalny.

Dans un entretien diffusé par ABC le 17 mars, Joe Biden avait qualifié Vladimir Poutine de «tueur». Le président des Etats-Unis avait également assuré que son homologue russe «paierait les conséquences» des ingérences électorales supposées de Moscou dans l'élection américaine.

Des propos d'une agressivité rare auxquels Vladimir Poutine avait rétorqué en plusieurs temps, souhaitant tout d'abord une «bonne santé» à Joe Biden et assurant que Moscou maintiendrait des relations avec Washington. Il avait par la suite renvoyé Joe Biden à ses propres accusations, rappelant que «nous voyons toujours dans autrui les qualités qui nous sont propres», avant de lui proposer une discussion en direct, jugeant que «cela serait intéressant pour le peuple russe et le peuple américain». Une proposition restée sans réponse

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»