Responsable des droits de l’homme de l’ONU: le discours anti-migrants rappelle celui de la Shoah

Source: Reuters

Les propos des politiques européens sur la crise des réfugiés font penser à la rhétorique utilisée contre les juifs allemands et autrichiens pour ouvrir la voie à la Shoah, a prévenu le Haut-Commissaire des droits de l’homme de l’ONU.

Le langage utilisé pour décrire la crise migratoire européenne a rappelé au Haut-Commissaire des droits de l’homme de l’ONU, Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, la conférence d’Evian de 1938, lorsque les dirigeants des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’Australie ont refusé d’accepter des réfugiés juifs, en déclarant que ce serait trop perturbateur pour l’économie. Les décisions prises lors de cette conférence ont conduit Hitler à envisager l’extermination comme une alternative à la déportation, a rappelé Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein.

En savoir plus : Un représentant de l'ONU fustige la Grande-Bretagne et la France pour leur gestion des réfugiés

«A l’époque, le délégué australien a affirmé que si l’Australie acceptait un grand nombre de juifs européens, il s’agirait d’une importation du problème racial européen en Australie. Je suis sûr que plus tard, il a regretté l’avoir jamais dit, au regard de ce qui est arrivé par la suite, mais c’est justement ce que je veux dire. Si nous ne pouvons pas prédire l’avenir, nous pouvons au moins permettre au passé de nous guider et de nous mettre en garde contre les danger de l’utilisation de cette rhétorique», a déclaré le Haut-Commissaire jordanien dans une interview.

Pour le Haut-Commissaire, les débats actuels qui ont cours sur les réfugiés arrivant du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord sont «un problème politique qui est boosté par ceux qui utilisent l’excuse qu’une communauté étrangère pourrait constituer une menace pour la pureté nationale d’un Etat».

En savoir plus : L’armée belge s’insurge contre l’accueil de migrants dans ses casernes

Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein a également qualifié de «déconcertant» le langage adopté par plusieurs hommes politiques européens et britanniques, soulignant que des termes comme celui d’«essaims de réfugiés» déshumanisaient ces hommes et femmes.

Ces déclarations ont été faites par Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein après que la ministre britannique de l’Intérieur, Theresa May, a émis une opinion discutable, affirmant que l’immigration de masse rendait «impossible la construction d’une société de cohésion». En répondant à la question de savoir si la ministre devrait revoir le choix des mots qu’elle a employés, le Haut-Commissaire a estimé que les leçons de l’histoire européenne du début du XXème siècle devaient «inciter les gens à penser».

Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein a félicité le gouvernement britannique pour sa décision d’accepter 20 000 réfugiés syriens d’ici 2020, tout en soulignant qu’on avait besoin de faire encore plus. Le Haut-Commissaire a suggéré pour conclure aux nations européennes d’examiner la proposition du Rapporteur spécial de l’ONU pour les migrants, François Crépeau, qui estime que l’UE devra accepter jusqu’à un million des réfugiés syriens au cours des cinq prochaines années.

En savoir plus : Le calvaire d’une réfugiée, battue et torturée dans un centre de détention de Grande-Bretagne

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales