Victime d'un piratage informatique, le réseau social Gab met en cause les «tyrans oligarques»

Victime d'un piratage informatique, le réseau social Gab met en cause les «tyrans oligarques»© Olivier DOULIERY Source: AFP
Le logo de Gab sur un téléphone portable, avec une page du réseau social en arrière-plan, le 11 janvier 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le réseau social alternatif s'est mis hors-ligne suite à un piratage massif accompagné d'une demande de rançon. Une situation qui serait, selon Gab, encouragée par une «poignée de tyrans oligarques» qui souhaitent «détruire les dissidents».

Le 8 mars 2021, le réseau social Gab a annoncé sur Twitter avoir mis son site hors-ligne afin d'enquêter sur une «faille de sécurité». Celui-ci a en effet été la cible d'un piratage informatique massif accompagné d'une demande de rançon. Gab a déclaré que cet événement symbolisait «l'occupation d'une poignée de tyrans oligarques qui utilisent leur pouvoir pour détruire les dissidents». 

«Les banques nous refusent, les hackers nous attaquent, les journalistes nous diffament. Pourquoi ?» s'est interrogé Gab dans le même message, avant d'apporter sa réponse : «Gab glorifie Jésus-Christ et se bat pour protéger la liberté d'expression en ligne pour tous.»

Les utilisateurs du réseau social alternatif prisé des conservateurs américains n'ont temporairement plus eu accès au site, qui affichait un message annonçant une «erreur interne» (internal error). Gab s'est en effet mis hors-ligne après que plusieurs utilisateurs aient reçu une demande de rançon signée d'un certain «cApTaIn JaXpArO», revendiquant le piratage et accusant le PDG de Gab Andrew Torba de mentir à ses «utilisateurs méprisables» et de ne pas se soucier de leur vie privée.

Le hacker – dont le nom fait référence au capitaine Jack Sparrow de la franchise Pirates des Caraïbes – aurait eu accès à 70 gigaoctets de données comprenant 35 millions de messages publics et trois millions de messages privés de 15 000 utilisateurs, ainsi que 50 000 e-mails, 7 000 mots de passe et 831 documents de vérification. C'est sur ces derniers que portait la rançon de huit bitcoins (soit environ 360 000 euros), que Gab a refusé de payer.

Ces informations auraient été transmises au collectif de pirates informatique DDoSecrets (pour Distributed Denial of Secrets, «déni de secrets distribué»), et ce à des fins de recherche «sociologique», celles-ci devant être mises à disposition de journalistes et de chercheurs.

Fondé en 2016 comme une alternative à Twitter, Gab refuse de contrôler le contenu partagé par ses utilisateurs, à rebours de la tendance à lutter contre les «discours de haine» promue par les GAFA. Une liberté de ton qui a assuré au réseau social texan un regain de popularité en janvier dernier, après la suspension par ses principaux concurrents tels que Twitter ou Facebook des comptes de Donald Trump et de certains de ses soutiens, et l'impossibilité d'accéder à Parler pendant plus d'un mois.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»