L'administration Biden préparerait une série de cyberattaques «clandestines» contre la Russie

L'administration Biden préparerait une série de cyberattaques «clandestines» contre la Russie© Tom Brenner Source: Reuters
Le conseiller de Joe Biden à la sécurité nationale Jake Sullivan lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche à Washington, le 4 février 2021.
Suivez RT France surTelegram

Des responsables des services de sécurité américains ont expliqué au New York Times que plusieurs opérations allaient être réalisées contre des réseaux russes au cours des trois prochaines semaines, en réponse à la cyberattaque SolarWinds.

Joe Biden aurait demandé à son administration de mener une série de cyberattaques «clandestines» contre la Russie, rapporte le 7 mars le New York Times.

Des responsables des services de sécurité américains ont expliqué au quotidien que ces opérations sont attendues au cours des trois prochaines semaines, ciblant des réseaux russes de manière suffisamment évidente pour envoyer un message au président russe Vladimir Poutine. 

Selon Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de Joe Biden, la manœuvre serait «comprise par les Russes, mais pourrait ne pas être visible dans le monde entier». Autrement dit, l'impact ne serait pas direct pour le grand public. Ces responsables ont ajouté que cette série d'attaques serait combinée à des sanctions économiques et à un décret de Joe Biden visant à accélérer la sécurisation des réseaux du gouvernement fédéral américain.

La manœuvre serait une réponse à l'attaque SolarWinds, qui avait visé près de 18 000 sociétés américaines en 2020 et que Washington avait attribuée à Moscou, sans toutefois en apporter la preuve. Les pirates avaient profité d'une mise à jour d'un logiciel de surveillance développé par une entreprise du Texas, SolarWinds, utilisé par des dizaines de milliers d'entreprises et d'administrations dans le monde. Des systèmes informatiques d'agences du gouvernement américain, parmi lesquelles les départements d'Etat, du Commerce, du Trésor, de la Sécurité intérieure et les Instituts nationaux de la Santé avaient aussi été touchés. 

Une attaque contre la Chine ?

Après la découverte du piratage en décembre 2020, Washington avait assuré que l'attaque n'aurait pu être menée sans l'aide d'un gouvernement étranger. Les agences de renseignement américaines avaient expliqué qu'elle était «probablement d'origine russe», sans étayer ces accusations. Joe Biden avait alors promis, en décembre 2020, «une réponse». De son côté, Moscou a nié toute implication, qualifiant cette accusation «de nouvelle tentative infondée» de salir la Russie de la part des Etats-Unis.

Le New York Times rapporte que l'administration Biden réfléchit en outre à des représailles contre Pékin, accusé le 3 mars d'avoir soutenu un groupe de hackers auteur d'une gigantesque attaque contre des dizaines de milliers d'entreprises, villes et institutions locales aux Etats-Unis, en exploitant des failles de sécurité dans les services de messagerie Exchange du groupe Microsoft. Si aucune décision n'a été annoncée par Washington, «il ne fait aucun doute que la portée de l'attaque amène les responsables américains à se demander s'ils devront également riposter contre la Chine», écrit le journal.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»