Ressources naturelles : un cabinet britannique épingle des pays africains pour leur «souverainisme»

Ressources naturelles : un cabinet britannique épingle des pays africains pour leur «souverainisme»© Siphiwe Sibeko Source: Reuters
Des camions dans l'une des plus grandes mines de fer du monde à Khathu, en Afrique du sud (image d'illustration).

Certains pays du continent africain, particulièrement convoités pour leurs riches ressources naturelles, figurent en tant que mauvais élèves dans un rapport britannique destiné aux investisseurs étrangers.

Dans un article publié le 5 mars, l'hebdomadaire panafricain Jeune Afrique rapporte que le cabinet britannique Verisk Maplecroft a publié un rapport épinglant des pays africains pour leur «souverainisme», une tendance qui rendrait la poursuite des activités extractives des investisseurs étrangers «incertaine et moins fructueuse».

Intitulé «Classement des pays africains selon leur risque de "nationalisme des ressources naturelles"», le récent document pointe particulièrement du doigt quatre pays africains qui «figurent parmi les dix plus mauvais élèves de la planète» : la Tanzanie (au 2e rang mondial), la Zambie (4e), le Zimbabwe (5e) et la RDC (9e) seraient ainsi peu enclins à satisfaire l'appétit des investisseurs internationaux pour l'extraction des richesses de leur sol.

«Politiques confiscatoires», «hostil[ité] aux investissements»...

Expliquant avoir obtenu en exclusivité le document produit par le cabinet britannique, l'hebdomadaire relève en outre que certains de ces pays, comme la Tanzanie ou encore le Zimbabwe, sont respectivement épinglés pour «politiques fiscales minières quasi confiscatoires» et «hostil[ité] aux investissements miniers étrangers dans l’or et le diamant».

Parmi «les mauvais élèves» recensés par Verisk Maplecroft, le cabinet se dit pessimiste quant à la capacité de la RDC à «assouplir la rhétorique souverainiste en vogue à Kinshasa».

Dans un rapport à la tonalité diamétralement opposée, l'Institut international du développement durable dénonçait pour sa part fin 2019 «la convoitise des grands groupes industriels, voire même de pays étrangers» dans l'accaparement croissant des terres africaines. «L’Afrique est sans doute le continent le mieux doté en richesses naturelles [mais elle] n’en demeure pas moins le plus pauvre de la planète», rappelait encore le document.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»