Meurtre du journaliste Jamal Khashoggi : une plainte de RSF vise le prince saoudien ben Salmane

- Avec AFP

Meurtre du journaliste Jamal Khashoggi : une plainte de RSF vise le prince saoudien ben Salmane© Saudi Press Agency/Handout via REUTERS
Mohammed ben Salmane.
Suivez RT France surTelegram

Quelques jours après la publication d'un rapport de la CIA incriminant le prince héritier saoudien dans l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, Reporters sans frontières annonce déposer plainte en Allemagne en vertu d'une compétence universelle.

Reporters sans frontières (RSF) a annoncé le 2 février le dépôt d'une plainte inédite en Allemagne pour «crimes contre l'humanité» visant notamment le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane, pour sa responsabilité dans l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, démembré dans le consulat d'Istanbul.

Cette plainte intervient quelques jours seulement après la publication d'un rapport de la CIA incriminant le prince héritier saoudien

Auteur: RT France

Déposée en début de semaine «auprès du procureur général de la Cour fédérale de justice de Karlsruhe» en raison de sa compétence «sur les principaux crimes internationaux», la plainte «porte sur la persécution généralisée et systématique des journalistes en Arabie saoudite», dont une trentaine sont emprisonnés. 

Elle cible, outre le prince héritier Mohammed ben Salmane, quatre autres hauts responsables saoudiens. Aux côtés du dirigeant de facto du royaume, «soupçonné d'avoir directement commandité l'assassinat» de Jamal Khashoggi, RSF attaque ainsi son ex-proche conseiller Saoud al-Qahtani, l'ancien directeur adjoint du renseignement Ahmed al-Assiri, mais aussi Mohammed al-Otaibi, ancien consul général à Istanbul, et Maher Mutreb, officier du renseignement qui serait, selon RSF, à la tête de l'équipe qui a torturé et tué le chroniqueur du Washington Post.

La réception de la plainte, également déposée contre X, a été confirmée à l'AFP par le parquet fédéral de Karlsruhe. 

Consulté par l'AFP, le document volumineux détaille les exactions commises contre 34 journalistes emprisonnés entre 2011 et 2019 dans le royaume, dont 33 sont toujours détenus, à l'instar du blogueur Raif Badawi, condamné en 2014 à 1 000 coups de fouet et 10 ans de prison pour «insulte» à l'islam. 

Face à ce qu'elle qualifie de «crimes contre l'humanité», l'ONG estime que le système judiciaire allemand s'avère «le plus adapté» en vertu de la compétence universelle appliquée outre-Rhin, qui permet à un Etat de poursuivre les auteurs des crimes les plus graves, peu importent leur nationalité et l'endroit où les forfaits ont été commis. 

La justice allemande avait par exemple condamné pour la première fois la semaine dernière un ancien responsable syrien, accusé de «complicité de crimes contre l'humanité».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»