Facebook refuse de changer son approche sur la «désinformation» malgré son conseil de modération

- Avec AFP

Facebook refuse de changer son approche sur la «désinformation» malgré son conseil de modération© Regis DUVIGNAU Source: Reuters
Un téléphone portable devant le logo de Facebook, à Bordeaux, le 1er février 2017 (image d'illustration)
Suivez RT France surTelegram

Le réseau social s'est engagé à appliquer ou à évaluer la faisabilité de 16 des 17 recommandations de son nouveau conseil de surveillance, mais a refusé de changer son approche sur la «désinformation» et le Covid-19.

Le 25 février, Facebook s'est engagé à appliquer ou à évaluer la faisabilité de 16 des 17 recommandations de son conseil de surveillance, mais a refusé de changer son approche sur la «désinformation» et le Covid-19.  «Nous nous engageons à mettre en place 11 des récentes recommandations du conseil. Dans plusieurs cas, nous les appliquons déjà», a indiqué le réseau social dans un communiqué. «Nous évaluons aussi la faisabilité de cinq autres recommandations», a-t-il précisé.

Fin janvier, le conseil indépendant – une nouvelle instance chargée de statuer sur les questions controversées de modération des contenus de la plateforme – a rendu ses premières décisions contraignantes sur des cas particuliers, et a émis une série de recommandations.

Il avait notamment estimé que Facebook devrait adoucir son application des règles sur «la désinformation» et la pandémie de Covid-19, au sujet d'un message retiré parce qu'il assurait que l'hydroxychloroquine était efficace contre le Covid-19. Mais le groupe californien s'y est opposé et a maintenu qu'il continuerait à retirer les messages contenant des informations trompeuses et dangereuses.

De façon plus générale, l'organisation – dont les membres sont issus de la société civile – a demandé au géant des réseaux sociaux de faire preuve de plus de transparence sur ces règlements et dans sa façon de les appliquer. Facebook avait par exemple supprimé un message comportant une citation du ministre nazi Joseph Goebbels. L'auteur du message avait protesté, expliquant que ses intentions étaient politiques et s'inscrivaient dans le cadre d'une comparaison avec le président Donald Trump. Le réseau social entend désormais préciser dans ses règles que les contenus comportant des messages «haineux» seront retirés à moins d'être condamnés sans ambiguïté dans la légende.

Facebook est tiraillé depuis des années entre respect de la liberté d'expression et interventions contre les incitations à la violence, le harcèlement en ligne et autres publications qui peuvent rebuter certains utilisateurs et annonceurs publicitaires.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»