Amnesty ne qualifiera plus Navalny de «prisonnier d'opinion» en raison de ses propos haineux

Amnesty ne qualifiera plus Navalny de «prisonnier d'opinion» en raison de ses propos haineux© Press Service of Babushkinsky District Court of Moscow/Handout via REUTERS/File Photo
Alexeï Navalny durant une audition devant la justice à Moscou (Russie), le 20 février 2021 (image d'illustration).

Avant de devenir une icône médiatique dans certains pays occidentaux, l'opposant russe comparait les musulmans du Caucase à des cafards. Des propos dénoncés par Amnesty international qui continue néanmoins à réclamer la libération d'Alexeï Navalny.

L'organisation non gouvernementale Amnesty International a fait savoir dans un communiqué transmis à RT le 24 février, qu'elle avait «pris la décision en interne de cesser les références à Alexeï Navalny comme "prisonnier d'opinion" en raison de commentaires qu'il a faits dans le passé». Si l'ONG précise qu'elle continuera à défendre l'homme politique russe, elle relève que certaines déclarations d'Alexeï Navalny, qu'il «n'a pas dénoncées publiquement» relèvent d'une «promotion de la haine». Une allusion probable, entre autres, à une vidéo de 2007 toujours disponible sur le compte YouTube de l'opposant russe dans laquelle il comparaît les Tchétchènes à des cafards.

Au sujet d'Alexeï Navalny, incarcéré pour de multiples violations des conditions d'une peine avec sursis, Amnesty international précise dans son communiqué qu'elle continuera à «se battre pour sa libération immédiate» et pour «la fin de sa persécution politique par les autorités russes». Contrairement à la justice russe, l'ONG estime qu'il n'a «commis aucun crime» et est «emprisonné seulement pour sa campagne anti-corruption, son activisme et sa critique du gouvernement de Poutine».

Cependant, Amnesty estime qu’il «n’est plus possible de considérer» Alexeï Navalny comme prisonnier d'opinion car il «a défendu la violence et la discrimination» sans jamais remettre en cause ses propos, comme le rapporte aussi le journaliste de The Grayzone Aaron Maté, destinataire d'une lettre de l'organisation de défense des droits de l'homme.

La décision a été confirmée par le responsable médias d’Amnesty Russie et Eurasie, Alexandre Artemiev. «Nous n’utiliserons plus la phrase «prisonnier d'opinion» en référence à lui puisque notre département politique et légal a étudié les propos de Navalny du milieu des années 2000 et a conclu qu’il s’agissait de discours de haine», a-t-il déclaré aux sites d'opposition Meduza et Mediazona.

L'annonce a indigné l'eurodéputée Nathalie Loiseau, qui a déploré qu'une «campagne de harcèlement de Russia Today» avait fait «plier Amnesty International». L'ancienne ministre d'Emmanuel Macron faisait référence à un article du média russe d'opposition Meduza, selon lequel une source anonyme d'Amnesty avait confié qu'«au moins deux auteurs de plaintes adressées à l'organisation» avaient cité un fil Twitter de la journaliste indépendante Katya Kazbek, ayant déjà publié des éditoriaux dans RT. Le fil Twitter en question, qui exposait les propos passés d'Alexeï Navalny (et dont on ignore s'il a déterminé la décision d'Amnesty), a été partagé plusieurs milliers de fois.

Quand l'icône médiatique comparait les musulmans du Caucase à... des cafards

Fait peu mis en avant dans le narratif mainstream, Alexeï Navalny était, avant d'acquérir une aura internationale, proche de mouvements d’extrême droite et comptait parmi la «Marche russe», un événement annuel qui rassemble les ultranationalistes du pays. Il postait alors des vidéos alliant humour noir et racisme.

Dans l'une d'elles, toujours en ligne sur son compte YouTube officiel, celui qui est souvent présenté − à tort − comme le «principal opposant» à Vladimir Poutine comparait les habitants du Caucase, majoritairement musulmans, à des cafards et suggérait d’utiliser des «pistolets» contre eux.

Auteur: Alexey Navalny

Dans une autre vidéo de 2007, elle aussi toujours disponible sur YouTube, le militant nationaliste employait la métaphore d'une dent morte pour expliquer qu'il ne souhaitait pas que les racines de la Russie disparaissent. «Nous avons le droit d'être russe en Russie, et nous le défendrons», clamait-il notamment.

Amnesty coupable de «prostitution politique», selon Navalny en 2011

Par ailleurs, l'opposant russe accusait en 2011 sur Twitter Amnesty international de «prostitution politique» et faisait part de sa volonté de «clouer au pilori» l'organisation.

Alexeï Navalny a été reconnu coupable en 2014 d’avoir détourné 30 millions de roubles (400 000 dollars) appartenant à deux entreprises, dont Yves Rocher. Ce 20 février 2021, un tribunal de Moscou a confirmé en appel la transformation de sa peine de prison avec sursis prononcée en 2014 en sentence ferme.

L'opposant russe avait été interpellé à son retour en Russie le 17 janvier, comme l'avaient annoncé en amont les autorités, puis incarcéré pour 30 jours. Motif : il ne s'était pas présenté à l'enregistrement auprès de l’inspection pénitentiaire à au moins six reprises au cours de l'année 2020 : les 13 janvier, 27 janvier, 3 février, 16 mars, 6 juillet et 17 août.

Le Service fédéral d’exécution des peines a en outre déclaré avoir tenu compte du fait que depuis le 22 août, Alexeï Navalny était soigné dans l'hôpital de la Charité à Berlin ; or, d'après cet organe russe, l'opposant n'a pas répondu à une notification qui lui avait été envoyée après sa sortie de l'hôpital.

Fin août, Alexeï Navalny avait en effet été transféré dans le coma en Allemagne après avoir été victime d'un malaise en Russie. Il accuse le Kremlin d'avoir tenté de l'empoisonner (une version également défendue par plusieurs gouvernements, dont ceux de la France, des Etats-Unis et de l'Allemagne), ce que réfute Moscou. Il était sorti de l'hôpital sans séquelles.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»