L'ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo tué dans une attaque armée

- Avec AFP

Kenny Katombe Source: Reuters
Cliché pris en République démocratique du Congo (RDC), le 4 novembre 2013 (image d'illustration).

Selon une source diplomatique citée par l'AFP, l'ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo (RDC) a trouvé la mort le 22 février lors d'une attaque armée visant un convoi du Programme alimentaire mondial de l'ONU dans l'est du pays.

L'ambassadeur d'Italie à Kinshasa a été tué le 22 février 2021 par balles lors d'une attaque armée qui a visé un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) pendant une visite près de Goma dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a-t-on appris de source diplomatique.

L'ambassadeur Luca Attanasio «est décédé de suite de ses blessures», a déclaré à l'AFP une source diplomatique de haut rang à Kinshasa. Deux autres personnes ont également été tuées pendant l'attaque, a assuré de son côté à l'AFP le major Guillaume Djike, porte-parole de l'armée dans la région du Nord-Kivu, sans préciser l'identité des victimes.

Les deux autres victimes seraient le chauffeur et le garde du corps de l'ambassadeur, d'après plusieurs sources. Luca Attanasio était en poste depuis début 2018.

Gravement «blessé par balles à l'abdomen», l'ambassadeur avait été évacué vers un hôpital à Goma «dans un état critique», a précisé la source diplomatique à l'AFP. «Les Forces armées congolaises ratissent pour savoir qui sont les assaillants», a indiqué-t-elle également indiqué.

L'Italie confirme le décès de son ambassadeur

Le ministère italien des Affaires étrangères a confirmé la mort de son ambassadeur en RDC précisant qu'il voyageait avec un convoi des Nations unies dans l'est du pays. «C'est avec une profonde tristesse que le ministère des Affaires étrangères confirme la mort, aujourd'hui à Goma, de l'ambassadeur d'Italie en République démocratique du Congo, Luca Attanasio, et d'un militaire», indique un communiqué.

Le président italien Sergio Mattarella a dénoncé de son côté «l'attaque lâche» qui a coûté la vie à son ambassadeur. «La République italienne est en deuil pour ces serviteurs de l'Etat qui ont perdu leur vie dans l'exercice de leurs fonctions», a-t-il ajouté.

Kinshasa accuse les rebelles hutus du FDLR

Plus tard dans la journée, le ministère congolais de l'Intérieur a accusé les rebelles hutus rwandais du FDLR d'être à l'origine de l'attaque qui a coûté la vie à l'ambassadeur d'Italie à Kinshasa et à deux autres personnes dans l'est de la République démocratique du Congo.

«Un convoi du Programme alimentaire mondiale (PAM) a été victime d'une attaque armée des éléments des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR)» dans la province du Nord-Kivu, écrit le ministère dans un communiqué, ajoutant que quatre personnes ont été kidnappées lors de cette attaque, dont l'une a été retrouvée.

Une région en proie aux violences

L'attaque contre ce convoi du PAM a eu lieu au nord de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu en proie à la violence des groupes armés depuis plus de 25 ans.

Cette région abrite le parc national des Virunga, joyau naturel, touristique et menacé, qui est aussi le théâtre des conflits de cette région du Nord-Kivu, où des dizaines de groupes armés se disputent le contrôle des richesses du sol et du sous-sol.

Créé en 1925, le  parc national des Virunga est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Cette réserve s'étend sur 7 769 kilomètres carrés, de Goma jusqu'au territoire de Béni, entre montagnes et forêts. 

Le parc est surveillé par 689 rangers armés, dont au moins 200 ont été tués dans l'exercice de leurs fonctions, selon ses responsables.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»