Malgré l'annulation d'exercices militaires, 1000 soldats américains vont rester en Norvège

Malgré l'annulation d'exercices militaires, 1000 soldats américains vont rester en Norvège© STOYAN NENOV Source: Reuters
Des soldats américains en Norvège, le 30 octobre 2019 (image d'illustration).

Arrivés le mois dernier pour participer à des exercices militaires – annulés pour cause de Covid-19 – 1000 soldats américains vont finalement rester dans l'Arctique. Une présence loin d'être anodine après le déploiement de bombardiers dans la région.

«Un précieux entraînement à la guerre dans l'Arctique et en montagne» : voilà comment le porte-parole des forces du Corps des Marines pour l'Europe et l'Afrique, le major Adrian Rankine-Galloway, justifie le maintien en Norvège d'environ 1000 Marines, arrivés le mois dernier.

Initialement, ces soldats devaient participer à deux exercices militaires – Reindeer I et Joint Viking, auxquels près de 3500 hommes en provenance de cinq pays devaient prendre part – mais le ministre de la Défense norvégien Frank Bakke-Jensen a annoncé le 26 janvier leur annulation en raison de la pandémie de Covid-19.

Plutôt que de rentrer aux Etats-Unis, les soldats américains vont donc «rester sur place» pour une période indéterminée, au moins jusqu'au printemps, a fait savoir Adrian Rankine-Galloway cité par Military.com, le 18 février. «La Norvège offre un terrain difficile et accidenté qui perfectionne nos compétences en guerre par temps froid et en montagne avec les meilleurs spécialistes de combat – et de victoire – dans des conditions arctiques», a-t-il précisé.

«Qui vont-ils bombarder là-bas ?»

En dépit des arguments avancés, cette annonce intervient surtout dans un contexte de regain de tensions dans cette région frontalière avec la Russie depuis l'accession au pouvoir de Joe Biden. Début février, Washington avait en effet décidé de déployer pour la première fois quatre bombardiers B-1 de l'US Air Force et environ 200 membres du personnel sur la base aérienne d'Orland, en Norvège.

Leur mission se déroule également dans le cercle polaire arctique et l'espace aérien international au large du nord-ouest de la Russie, selon plusieurs responsables de la Défense cités par CNN, qui estiment qu'elle leur donne la possibilité de «réagir plus rapidement à une éventuelle agression russe».

Autant de mouvements militaires qui inquiètent côté russe. «Ma question est : pour quoi et qui vont-ils bombarder là-bas? L'OTAN renforce sa présence militaire le long de la ligne de contact avec la Russie. Qu'y a-t-il de positif à ce sujet ?», s'est ainsi interrogé l'ambassadeur de Russie aux Etats-Unis Anatoli Antonov, dans des propos rapportés par l'agence Tass le 20 février. Et d'expliquer que Moscou n'avait d'autre choix que de réagir en conséquence : «Vous voulez vraiment que je prenne contact avec notre chef d’Etat-Major, le général [Valery] Guerassimov [...], que je lui dise "eh bien, l’OTAN se profile à notre frontière, mais allez-y doucement, retirez nos troupes" ?»

Pour le diplomate, il ne sera pas possible d'apaiser les tensions tant que les parties n'auront pas ouvert le dialogue. Il est donc essentiel selon lui de rouvrir les canaux de communication qui ont été détruits ces dernières années. «Il est grand temps d'arrêter de parler via YouTube et les médias. Il est grand temps de s'asseoir à la table des négociations, de se regarder dans les yeux et d'entamer la conversation», a-t-il lancé.

«Tout ce que nous voulons, c’est la prévisibilité, la confiance en l’avenir, la confiance dans les actions des Etats-Unis. Nous voulons vivre en paix afin que, excusez-moi pour ces paroles nobles, notre politique étrangère puisse contribuer à encourager le développement interne du pays», a conclu Anatoli Antonov.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»