Couvre-feu anti-Covid : nouvelles émeutes aux Pays-Bas, un maire redoute une «guerre civile»

Auteur: RT France
Suivez RT France surTelegram

Attaques des forces de l'ordre, pillages et incendies : les Pays-Bas ont connu une nouvelle soirée d'émeutes contre les restrictions sanitaires décidées par le gouvernement. Le Premier ministre a déploré les «pires émeutes en 40 ans».

Den Bosch, Rotterdam, Amsterdam, La Haye, Haarlem : le soir du 25 janvier, de nombreuses villes des Pays-Bas ont été le théâtre d'émeutes, comme les deux soirées précédentes, contre le couvre-feu entré en vigueur deux jours plus tôt. Au moins 151 personnes ont été arrêtées dans le pays, d'après la chaîne d'information NOS Nieuws.

La nuit a été particulièrement violente à Rotterdam, où la police a été ciblée par des jets de pierres et de mortier d'artifice.

Un véhicule des forces de l'ordre a en outre été attaqué par une poignée d'individus qui en ont cassé les fenêtres à coups de pierres.

Un supermarché et une pharmacie ont été pillés, d'après la chaîne d'information néerlandaise NOS, et des voitures ont été incendiées.

Comme le montrent les images, des barricades en feu ont été dressées par les émeutiers.

Les scènes d'affrontements entre émeutiers et forces de l'ordre se sont répétées dans plusieurs villes.

Le maire d'Eindhoven redoute une «guerre civile»

Les réactions politiques à ces scènes de violences, qui se répètent depuis le 23 janvier, ont été nombreuses. Le Premier ministre Mark Rutte, dont les propos au sujet des incidents de ce week-end sont rapportés par l'AFP, a estimé qu'il s'agissait «des pires émeutes [aux Pays-Bas] en 40 ans». 

Le nationaliste Geert Wilders, chef du Parti pour la liberté (PVV) a pour sa part appelé à «envoyer l'armée» pour «nettoyer les rues».

De son côté, le maire d'Eindhoven (ville particulièrement touchée par les violences la veille), John Jorritsma, s'est inquiété au micro de RTL : «Si on continue, on se dirige vers une guerre civile.»

La police avait arrêté le 24 janvier 250 personnes lors de rassemblements qui avaient déjà viré à l'émeute. Des magasins avaient été pillés, des voitures brûlées ou encore un centre de test du Covid-19 incendié.

Le couvre-feu en vigueur jusqu'au moins début février interdit à la population de sortir de chez elle après 21h, sous peine d'une amende de 95 euros.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»