Des semences sauvegardées pour les génération futures dépêchées en urgence pour la Syrie

© Khalil Ashawi Source: Reuters

Loin dans les montagnes du cercle arctique, des centaines de milliers d’échantillons de semence arrivés de tous les coins du monde attendent leur tour pour sauver le monde en cas de sécheresse ou d’une catastrophe qui détruirait les cultures.

Il s’agit de la Réserve mondiale de semences du Svalbard située sur une île en Norvège, qui a pour but de garantir le monde des famines massives. Les graines y sont conservées à la température constante de -20°C pour garantir que leur héritage agricole unique soit protégé et disponible pour les générations futures.

Les gouvernements de dizaines de pays y ont envoyé des semences de toutes les cultures vivrières de la planète dans un effort de préservation de la diversité génétique et ont fermé ses portes en 2008. Personne ne s’attendait à les rouvrir si tôt.

Mais au début du mois de septembre, les scientifiques du Centre international de recherche agricole dans les zones arides (ICARDA), précédemment basé à Alep, a fait une demande visant à rapatrier des milliers d’échantillons à cause des effets terribles de la guerre syrienne.

Le premier lot de graines, initialement mis de côté pour un scénario post-apocalyptique, vient d’être délivré au Liban, notamment dans la plaine de la Bekaa, voisine de la Syrie.

Mariana Yazbek, responsable de la banque de gènes de Terbol, a expliqué qu’en réalité, personne ne s’attendait à avoir recours à la Réserve de Svalbard avant 150 ou 200 ans. «Elle doit être ouverte seulement dans les cas de crises majeures mais après avoir découvert l’ampleur de la crise [en Syrie], nous avons pris la décision de le faire», a-t-elle expliqué.

Aller plus loin : comme un air d'apocalypse, les incendies ne cessent de ravager les rives du lac Baïkal

La nécessité de sauvegarder des milliers d’années de patrimoine agricole est devenue évidente en 2012 quand la province d’Alep s’est retrouvée au centre de combats meurtriers. L’ICARDA possédait dans ses réserves tous les stocks de semences dont 13% étaient unique. Ceux-ci ont été rapidement copiés et placés dans d’autres endroits lorsque les rebelles ont pris le contrôle de la région.

L’accès au bâtiment principal est rapidement devenu presque impossible et les responsables du centre ont dû s’adresser directement à la Réserve du Svalbard. Les semences transférées par la Réserve seront mises en culture, puis une partie sera renvoyée vers l’arctique.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales