Centrafrique : les principaux groupes rebelles rompent leur cessez-le-feu

Centrafrique : les principaux groupes rebelles rompent leur cessez-le-feu© ALEXIS HUGUET Source: AFP
Préparation d'un meeting présidentiel à Bangui (République Centrafricaine) le 19 décembre 2020 en vue des élections du 27 décembre (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La coalition de groupes armés qui mène depuis une semaine une offensive contre le gouvernement centrafricain a annoncé ce 25 décembre rompre son «cessez-le-feu unilatéral» de trois jours, arrivant à échéance avant les élections du 27 décembre.

Face à «l'entêtement irresponsable du gouvernement» centrafricain qui aurait rejeté le cessez-le-feu, la Coalition des patriotes pour le changement (CPC) a décidé de rompre le «cessez-le-feu unilatéral» de trois jours, qu'elle avait pris en amont des élections présidentielle et législatives du 27 décembre. Cette nouvelle annonce a été faite ce 25 décembre par deux importants groupes rebelles, selon l'AFP.

La veille, le porte-parole du gouvernement Ange-Maxime Kazagui avait pointé du doigt «un non-événement» à propos de l'annonce de la trêve par les rebelles et avait déclaré à l'agence de presse française n'avoir «pas vu ces gens-là s'arrêter dans leurs actions».

La Centrafrique est en proie à une guerre civile depuis que la coalition Séléka a renversé François Bozizé en 2013. La France avait alors déployé plus d'un millier de soldats de l'opération Sangaris, sous mandat de l'ONU. Sangaris, qui a compté jusqu'à 1 600 hommes, est resté en place jusqu'en 2016. L'actuel président centrafricain Faustin-Archange Touadéra a reçu ces derniers jours des renforts militaires du Rwanda et de la Russie. Moscou a ainsi annoncé le 22 décembre avoir envoyé 300 instructeurs militaires supplémentaires pour la formation de l'armée centrafricaine. Le Rwanda a lui annoncé l'envoi de militaires dans le pays pour y protéger ses Casques bleus. En outre, le 23 décembre, le président français Emmanuel Macron s'est entretenu avec son homologue centrafricain et a ordonné le survol du pays par des avions de chasse pour «marquer la condamnation par la France des tentatives de déstabilisation», selon l'Elysée.

Il y a une semaine, les principaux groupes rebelles armés s'étaient coalisés et avaient lancé une offensive, depuis stoppée. Le camp Touadéra avait accusé ces groupes rebelles de tenter un «coup d'Etat» à l'instigation de François Bozizé, qui a démenti.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix