Ecosse, Irlande, Allemagne... L'accord post-Brexit entre l'UE et Londres fait réagir

Ecosse, Irlande, Allemagne... L'accord post-Brexit entre l'UE et Londres fait réagir© REUTERS/Russell Cheyne/Pool
Le Premier ministre écossais, Nicola Sturgeon, le 22 décembre à Edimbourg (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'annonce par les agences de presse d'un accord post-Brexit auquel sont parvenus le Royaume-Uni et l'UE a été salué, notamment, par l'Allemagne et l'Irlande. Nicola Sturgeon, de son côté, a martelé son souhait d'indépendance pour l'Ecosse.

Mise à jour automatique
  • Le ministère français de la Mer a dévoilé plusieurs mesures du plan d'accompagnement des pêcheurs et mareyeurs après l'annonce d'un accord commercial post-Brexit entre Londres et l'Union Européenne.

    «Les pêcheurs et les mareyeurs pourront bénéficier d'une aide forfaitaire pouvant aller jusqu'à 30 000 euros en fonction de leur dépendance aux produits capturés dans les eaux britanniques», indique le ministère dans un communiqué.

    «Le gouvernement présentera très prochainement le plan complet d'accompagnement des pêcheurs français», a précisé la ministre de la Mer Annick Girardin dans ce document.

  • «Pour Calais et son agglomération, pour l’ensemble de notre façade littorale, je salue cet accord dont l’importance est fondamentale sur le plan économique [...] Calais restera la porte d’entrée naturelle en France et en Europe pour les Britanniques», s'est félicitée sur les réseaux sociaux la maire Les républicains de Calais, Natacha Bouchart, soulagée que les pêcheurs puissent continuer «d’avoir accès aux eaux anglaises».

    L'accord prévoit de laisser aux pêcheurs européens un accès aux eaux britanniques pendant une période transitoire de cinq ans et demi, jusqu'en juin 2026. Pendant cette transition, l'UE devra progressivement renoncer à 25% de ses prises, qui s'élèvent en valeur à environ 650 millions d'euros par an.

  • Le député européen Raphael Glucksmann, député européen Place publique, a tenu à rendre hommage à Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE : «Le Parlement va maintenant scruter le texte de l’accord. Mais on peut déjà rendre hommage aux efforts et à la justesse de notre négociateur. J’ai rarement vu quelqu'un d’aussi précis et calme. Bravo Michel Barnier pour ce flegme "britannique" face aux bluffs de Boris Johnson !»

  • Franck Riester, le ministre français délégué chargé du Commerce extérieur, s'est exprimé auprès de l'AFP : «L'accord commercial doit établir un cadre et des règles claires pour notre nouvelle relation avec le Royaume-Uni. Durant les négociations, nous n'avons cessé de défendre, entre autres, la garantie de conditions de concurrence loyale et le respect de nos normes. Il s'agit pour nous de protéger les entreprises et nos citoyens. Le moment est certes historique mais nous ne pouvons pas nous réjouir de ce départ. Le Royaume-Uni reste un partenaire commercial pour nos entreprises et nous travaillerons en ce sens. L'Europe avance, l'Union est notre force.»

  • Le Premier ministre britannique Boris Johnson a abandonné le programme européen d'échanges pour les étudiants Erasmus dans le cadre de son accord post-Brexit conclu avec l'UE, invoquant des questions de coût et annonçant un programme mondial pour le remplacer.

  • L'opposition britannique votera pour l'accord post-Brexit, a annoncé son chef Keir Starmer. «Quand cet accord viendra devant le Parlement, le parti travailliste l'acceptera et votera pour», a déclaré Keir Starmer lors d'une conférence de presse. «Nous acceptons cet accord, mais ses conséquences sont les vôtres et rien que les vôtres», a-t-il déclaré à l'adresse du gouvernement de Boris Johnson, qui dispose de toute manière d'une très large majorité au Parlement.

  • Les députés britanniques, actuellement en vacances, sont convoqués le 30 décembre, à la veille de la rupture définitive du Royaume-Uni avec l'UE, pour débattre de l'accord commercial post-Brexit conclu avec les Européens, a annoncé ce 24 décembre la chambre basse du Parlement. 

    Le président de la Chambre des communes, Lindsay Hoyle, «a accédé à une demande du gouvernement de rappeler la Chambre le 30 décembre à 9h30 (locales et GMT) afin que les députés débattent de la législation donnant effet dans la loi britannique à l'accord conclu avec l'UE», a indiqué l'institution sur Twitter.

  • Emmanuel Macron a remercié le négociateur européen Michel Barnier pour sa «ténacité» et son «engagement à défendre les intérêts des Européens et leur unité». «Grâce à vous et [Ursula Von der Leyen], la solidarité européenne a montré sa force», a-t-il estimé.

  • Le Parlement européen a salué l'accord post-Brexit conclu entre Londres et Bruxelles, tout en avertissant qu'il «poursuivra ses travaux [...] avant de décider de donner ou non son approbation l'an prochain», a déclaré son président David Sassoli.

    La durée des négociations et le caractère in extremis de l'accord ne permettent pas un véritable contrôle parlementaire avant la fin de l'année

    Le Parlement «regrette que la durée des négociations et le caractère in extremis de l'accord ne permettent pas un véritable contrôle parlementaire avant la fin de l'année [...]. Le Parlement poursuivra ses travaux au sein des commissions compétentes et en session plénière» avant une décision début 2021, a-t-il souligné. Le feu vert des eurodéputés est indispensable pour l'entrée en vigueur officielle de l'accord qui sera cependant appliqué de manière provisoire pour éviter un «no deal».

  • Les négociations pour préserver la libre circulation des biens et des personnes entre Gibraltar et l'Espagne «continuent», a souligné le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez.

Découvrir plus

Le Royaume-Uni et l'Union européenne sont arrivés ce 24 décembre, au terme de longues négociations, à un accord de libre-échange post-Brexit, permettant in extremis d'éviter un «no deal», selon des sources britanniques et européennes citées par l'AFP.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»