Arménie : manifestations pour le retour des disparus du Haut-Karabagh

- Avec AFP

Arménie : manifestations pour le retour des disparus du Haut-Karabagh© Vahram Baghdasaryan/Photolure Source: Reuters
Deux hommes marchent le long des tombes de soldats et de civils tués durant le conflit dans le Haut-Karabagh, à Stepanakert, le 2 novembre 2020 (image d'illustration)

Un millier de manifestants ont défilé à Erevan pour réclamer que soient recherchés plusieurs centaines de soldats portés disparus depuis la fin du conflit.

Environ un millier de personnes réclamant aux autorités d'agir pour retrouver les soldats arméniens disparus durant le conflit au Haut-Karabagh ont manifesté le 29 novembre à Erevan.

Réunis derrière une banderole proclamant «Aidez-nous à retrouver nos prisonniers», les manifestants – parmi lesquels plusieurs célébrités du pays – ont défilé dans le centre de la capitale arménienne, après avoir lu une lettre destinée à l'ambassadeur russe demandant son «intervention personnelle dans le processus».

«Pourquoi nous commençons par la Russie ? Parce que c'est le pays qui est intervenu, qui a pu participé et continue de participer à la question qui nous intéresse aujourd'hui», a déclaré Hrant Tokhatian, l'un des organisateurs de la marche et acteur connu dans la région.

Des proches de soldats reçus par le président du Haut-Karabagh

Le 28 novembre, une trentaine de proches de soldats disparus avaient déjà brièvement bloqué une rue du centre de Stepanakert, la capitale du Haut-Karabagh, avant qu'une délégation ne soit reçue par le président de cette république autoproclamée, Araïk Aroutiounian.

«Nous demandons une action immédiate pour résoudre ce problème. Mais les autorités disent que cela ne dépend pas d'elles, que cela dépend des Azerbaïdjanais», avait regretté auprès de l'AFP à la sortie de l'entrevue Arsen Ghoukassian, à la recherche de son fils et de son frère. Selon lui, «l'Azerbaïdjan dicte ses conditions. Ils ne suivent pas les points de l'accord» du 9 novembre signé sous l'égide de la Russie, qui a mis fin aux hostilités en consacrant la victoire de Bakou. Cet accord prévoit notamment un échange de prisonniers et de corps.

Un haut représentant du Haut-Karabagh, Artak Beglarian, a affirmé le 29 novembre que «les corps de plus de 400 militaires arméniens [avaient] déjà été récupérés ou échangés en divers endroits». Il avait précisé la veille que de 50 à 60 soldats arméniens étaient prisonniers.

L'Arménie a reconnu avoir perdu plus de 2 300 soldats dans le conflit, parmi lesquels des corps non identifiés. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est chargé du processus d'évacuation des corps, sous la protection des forces russes de la paix, dont près de 2 000 soldats ont été déployés dans la région.



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»