Biélorussie : Loukachenko évoque son départ du pouvoir une fois une nouvelle Constitution en place

Biélorussie : Loukachenko évoque son départ du pouvoir une fois une nouvelle Constitution en place© Maxim GUCHEK Source: Reuters
Le président biélorusse Alexandre Loukachenko lors de la visite d'un hôpital de Minsk, le 27 novembre 2020 (image d'illustration).

Alexandre Loukachenko a déclaré qu'il ne «restera pas président une fois que la nouvelle Constitution sera en place». Il affirme cependant que le pouvoir ne doit pas être entre les mains d'un «inconnu», mettant en avant la stabilité du pays.

Le 27 novembre 2020, lors d’une rencontre avec les employés d’un hôpital de Minsk, le chef d'Etat biélorusse Alexandre Loukachenko a évoqué un possible départ de la présidence. Cette déclaration intervient alors que le pays a été secoué pendant plusieurs mois par un mouvement de contestation né de sa réélection à la tête de l'Etat.

S'exprimant d'abord sur les mesures prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, tel que le rapporte l'agence de presse biélorusse BelTA, Alexandre Loukachenko s'est félicité de la gestion de la crise dans son pays, tout en profitant de l'occasion pour critiquer l'opposition : «Dieu merci, nous avons un pouvoir vertical. Vous avez peut-être remarqué que nos tristement célèbres manifestants frappent principalement le président et la verticalité du pouvoir. Ils veulent la démocratie, ils veulent élire tout le monde». 

Je ne serai pas le président une fois que la nouvelle Constitution sera en place

«Nous avons vu ça à l'époque de Gorbatchev. A l'époque, on pouvait élire tout le monde, y compris les chefs d'entreprise. Qu'avons-nous élu à la fin ? Nous avons perdu le pays et l'URSS s'est effondrée. Maintenant, ils veulent que nous tombions dans le même sale tour», a-t-il ajouté.

Une élection présidentielle devrait avoir lieu après l'adoption d'une nouvelle Constitution

Alexandre Loukachenko a également profité de sa visite pour évoquer la réforme constitutionnelle, déclarant être un «défenseur de la nouvelle Constitution». «La démocratie n'est pas le sujet», a néanmoins affirmé le président biélorusse, estimant que le pays ne pouvait «donner cette Constitution à un président inconnu». Un scénario qui, selon lui, constituerait «un désastre».

Oui, il faut créer une nouvelle Constitution mais cela doit profiter au pays. Je ne veux pas qu'il tombe en ruine

L'homme, président de la République de Biélorussie depuis 1994, a tenu à préciser son propos : «Oui, il faut créer une nouvelle Constitution, mais cela doit profiter au pays. Je ne veux pas que le pays tombe en ruine plus tard [...] Je ne vais pas façonner la Constitution en fonction de mes besoins. Je ne serai pas le président une fois que la nouvelle Constitution sera en place», a-t-il alors annoncé, évoquant ainsi son possible départ. Le 17 août, au plus fort du mouvement de contestation dénonçant des fraudes électorales, Alexandre Loukachenko avait déjà fait la promesse d'organiser une élection présidentielle en cas d'adoption d'un nouveau cadre institutionnel par référendum. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»