«Déshonneur», «hallucinant», «indécent» : l'Elysée repris de volée après son hommage à Maradona

«Déshonneur», «hallucinant», «indécent» : l'Elysée repris de volée après son hommage à Maradona© Daniel Jayo Source: Reuters
Une banderole de Diego Maradona dans les tribunes du stade Norberto Tomaghello, le 26 novembre 2020 (image d'illustration).

La présidence française a fait l'objet de vives critiques – notamment de la part du Venezuela – après son communiqué en hommage à Diego Maradona, dans lequel l'Elysée a remis en question certaines initiatives politiques du footballeur de légende.

Publié le soir-même de l'annonce du décès de Diego Maradona le 25 novembre, le communiqué rédigé par l'Elysée en hommage au footballeur argentin de légende n'a pas laissé indifférentes la diplomatie vénézuélienne ainsi qu'une partie de la gauche française. En cause, un passage du texte évoquant certaines initiatives politiques de l'ancienne star du ballon rond.

«Ce goût du peuple, Diego Maradona le vivra aussi hors des terrains. Mais ses expéditions auprès de Fidel Castro comme de Hugo Chavez auront le gout d’une défaite amère. C’est bien sur les terrains que Maradona a fait la révolution», a en effet jugé la présidence française dans le paragraphe précédent la conclusion de son communiqué.

La diplomatie vénézuélienne renvoie Emmanuel Macron aux Gilets jaunes

«Monsieur Emmanuel Macron et ses conseillers ont voulu afficher une prose poétique pour dire adieu au grand Diego. Mais ils déshonorent ses idéaux et ses luttes. La seule défaite est celle d'une classe politique qui tremble devant l’uniforme jaune des ouvriers», a commenté le ministre vénézuélien des Affaires étrangères sur Twitter.

«Petitesse», «hallucinant», «indécent», s'irritent des partis de gauche

Le texte a en outre fait réagir une partie de la gauche française, à l'image des plusieurs remontrances exprimées publiquement sur le même réseau social.

«C'est parfois à la grandeur des géants qu'on voit mieux la petitesse», a par exemple réagi le parti communiste français.

Guillaume Quintin, secrétaire général du Parti de gauche, a pour sa part dénoncé un communiqué «totalement halluciné et hallucinant» au regard du «tacle vicieux contre Chavez et Castro». «Bande de nazes !», a-t-il commenté.

«Faux. Et indécent.», a pour sa part estimé Pierre Jacquemain, rédacteur en chef du magazine semestriel Regards, dont la ligne éditoriale est ancrée à gauche.

L'ancien international argentin est décédé d'une crise cardiaque dans la banlieue de Buenos Aires.

Auteur: RT France

Le champion du monde 1986, un des meilleurs joueurs de l'histoire du football, venait de fêter ses 60 ans. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»