Un responsable de l'OMS prédit une troisième vague épidémique début 2021 en Europe

- Avec Reuters

Un responsable de l'OMS prédit une troisième vague épidémique début 2021 en Europe© Anne-Christine POUJOULAT Source: AFP
Un membre du personnel médical s'occupe d'un patient dans une unité de soins intensifs pour patients infectés par Covid-19 au Centre Hospitalier de l'Europe au Port-Marly, près de Paris le 4 novembre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Dans une interview, un envoyé spécial de l'OMS a estimé que si les gouvernements européens ne mettaient pas en place les infrastructures nécessaires, une troisième vague de l'épidémie de coronavirus pourrait avoir lieu début 2021 en Europe.

Dans un entretien accordé à un groupe de quotidiens suisses publié le 22 novembre, l'envoyé spécial de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) David Nabarro a jugé que les gouvernements européens n'avaient pas su «développer l'infrastructure nécessaire durant les mois d'été, après avoir maîtrisé la première vague», prédisant par la même occasion une troisième vague épidémique.

«Aujourd'hui nous avons une deuxième vague. S'ils [les gouvernements européens] ne construisent pas l'infrastructure nécessaire, nous aurons une troisième vague au début de l'année prochaine», a estimé le Britannique cité par Reuters, qui a par ailleurs insisté sur la mise en place à l'échelon local de systèmes de traçage des cas confirmés pour pouvoir briser au plus vite les chaînes de contamination.

Il faut une surveillance très étroite des personnes afin de savoir qui est infecté

«Il faut une surveillance très étroite des personnes afin de savoir qui est infecté», a-t-il ajouté, préconisant que les quarantaines soient vérifiées.

L'envoyé spécial de l'OMS a par ailleurs pris comme exemple à suivre la gestion sanitaire des pays asiatiques, où, selon lui, les mesures d'endiguement n'ont pas été relâchées prématurément.

«Les gens sont pleinement engagés, ils adoptent des comportements qui entravent le virus. Ils maintiennent leurs distances, portent des masques, s'isolent quand ils sont malades, lavent leurs mains et les surfaces [sur lesquelles le virus peut se déposer]. Ils protègent les groupes les plus vulnérables», a-t-il fait savoir lors de cette interview.

Et de poursuivre : «Il faut attendre que les nombres de cas soient bas et restent bas. La réaction de l'Europe a été incomplète.»

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»