Un «bilan honteux» : l'armée australienne reconnaît avoir tué illégalement 39 Afghans

- Avec AFP

Un «bilan honteux» : l'armée australienne reconnaît avoir tué illégalement 39 Afghans© Stringer Source: Reuters
Le général Angus Campbell s'exprime sur les résultats de l'enquête portant sur l'action de l'armée australienne en Afghanistan, à Canberra, le 19 novembre 2020.

Le plus haut responsable militaire de l'Australie a admis l'existence de preuves crédibles établissant que ses forces spéciales avaient «tué illégalement» au moins 39 Afghans, et indiqué qu'un procureur spécial pour crimes de guerre avait été saisi.

Après avoir pris connaissance des conclusions accablantes d’une enquête menée pendant des années sur l'attitude de l'armée en Afghanistan, le général Commandant en chef des Forces armées australiennes, Angus Campbell, a reconnu le 19 novembre qu'une culture d'impunité au sein de troupes d'élites a conduit, durant près d'une décennie, à une série de meurtres et dissimulations présumés. 

«Certaines patrouilles ont fait fi de la loi, des règles ont été enfreintes, des histoires inventées, des mensonges racontés et des prisonniers tués», a reconnu le chef de l'armée australienne. Il a présenté des «excuses sincères et sans réserve» au peuple afghan. «Ce bilan honteux» établit notamment que les nouvelles recrues auraient «été contraintes de tirer sur un prisonnier afin de commettre leur premier meurtre», selon le général Campbell. Ces jeunes soldats auraient ensuite mis en scène un affrontement pour expliquer l'incident, selon le rapport.

Une enquête pour crimes de guerre

L'inspecteur général de l'armée a publié le 19 novembre une enquête officielle de 465 pages, livrant des détails sur des dizaines de meurtres qui ont «eu lieu en dehors du feu de l’action». Ce rapport recommande notamment que 19 personnes soient renvoyées devant la police fédérale australienne et que soient versées des indemnités aux familles des victimes.  

Angus Campbell est allé au-delà, affirmant que les personnes impliquées dans «le meurtre présumé de 39 personnes» ont laissé une «tache» sur leur régiment, sur les forces armées et qu'elles doivent être renvoyées devant le «bureau de l'enquêteur spécial» en charge des crimes de guerre. Il a par ailleurs demandé la révocation de certaines médailles décernées aux forces d'opérations spéciales qui ont servi en Afghanistan entre 2007 et 2013.

Après les attaques terroristes ayant frappé les Etats-Unis le 11 septembre 2001, plus de 26 000 soldats australiens en uniforme ont été envoyés en Afghanistan pour combattre aux côtés des forces américaines et alliées contre les Taliban, Al-Qaïda et d'autres groupes islamistes. Les troupes de combat australiennes ont quitté le pays en 2013, mais depuis, une série de récits souvent brutaux ont émergé à propos de la conduite des unités d'élite des forces spéciales.

Des «vérités cruelles»

Depuis 2017, les médias australiens se sont ainsi fait l'écho de nombre d'accusations très graves contre ces forces, comme le cas d'un homme qui aurait été abattu pour faire de la place dans un hélicoptère, ou celui d'un enfant de six ans tué lors d'un raid contre une maison.

Si le gouvernement australien avait initialement cherché à fermer les comptes de lanceurs d'alerte faisant état de ces accusations, il s’efforce désormais d'atténuer l'émotion suscitée par ces révélations : le Premier ministre australien a ainsi récemment conseillé aux Australiens de se préparer à entendre les «vérités honnêtes et cruelles» contenues dans le document expurgé.

Scott Morrison a appelé son homologue afghan le 18 novembre pour lui faire part de «certaines accusations inquiétantes» qui sont prises «très au sérieux» par son gouvernement. Le bureau du président Ashraf Ghani a fait une interprétation différente de cette conversation. Dans une série de tweets publiés par le compte officiel de la présidence afghane, il est en effet affirmé que Scott Morrison a fait part de «sa plus profonde tristesse» à la suite de ces fautes professionnelles, une version contestée par les responsables australiens.

Le 12 novembre, le Premier ministre australien avait annoncé la nomination d'un enquêteur spécial en charge des crimes de guerre présumés, citant des accusations de «manquements graves et peut-être criminels». Une initiative visant à prévenir toute poursuite devant la Cour pénale internationale (CPI). Un comité indépendant a alors été mis en place pour procéder à des changements culturels et dans le mode de commandement au sein de l'armée. 

Ces révélations portent un sérieux coup au prestige dont jouissait jusqu'à présent l'armée au sein de la population. L'affaire avait éclaté en 2017, quand la chaîne publique ABC avait publié une série d'enquêtes qui accusait les forces australiennes d'avoir tué des hommes non-armés et des enfants en Afghanistan. La police avait alors ouvert une enquête sur deux journalistes d'ABC soupçonnés d'avoir eu en leur possession des informations classifiées. Une perquisition avait même eu lieu en 2019 au siège de la chaîne à Sydney, avant que l'enquête ne soit classée.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»