Arménie : accusé d'avoir voulu tuer le Premier ministre, le dirigeant d'un parti d'opposition arrêté

- Avec AFP

Arménie : accusé d'avoir voulu tuer le Premier ministre, le dirigeant d'un parti d'opposition arrêté Source: AFP
Le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan donne une interview à l'AFP à Erevan le 6 octobre 2020 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Soupçonné d'avoir fomenté un complot dans le but d'assassiner le Premier ministre arménien et de prendre le pouvoir, le chef du parti d'opposition Patrie, Artour Vanetsian, a été arrêté. Son avocate dénonce une «persécution».

Accusé d'avoir fomenté un complot dans le but d'assassiner le Premier ministre arménien Nikol Pachinian et de prendre le pouvoir, le dirigeant du parti d'opposition Patrie (centre-droit), Artour Vanetsian, a été arrêté le 14 novembre en Arménie. Son avocate, Lousine Sahakian, dénonce pour sa part une «persécution» après la conclusion, très décriée, d'un accord de paix dans la région du Haut-Karabagh.

Artour Vanetsian, qui est également un ancien chef des services de sécurité, a été arrêté après avoir été convoqué au siège des services de sécurité à Erevan, selon Lousine Sahakian citée par l'AFP.

«Les autorités essaient de faire taire les opposants et vont jusqu'à accuser [Artour Vanetsian] de comploter pour usurper le pouvoir et tuer Nikol Pachinian», a-t-elle dénoncé, avant d'ajouter : «C'est une persécution honteuse de l'opposition.»

Artour Vanetsian faisait déjà partie des dix dirigeants d'opposition arrêtés le 12 novembre pour avoir organisé des manifestations de protestation contre l'accord de paix. Ils avaient été relâchés le lendemain par les tribunaux.

De leur côté, les services de sécurité arméniens ont annoncé le 14 novembre au soir l'arrestation d'un homme, dont l'identité n'a pas été révélée, aux «opinions antigouvernementales» et en possession d'un «grand nombre d'armes».

Selon les services de sécurité, cette personne se préparait à «une tentative d'assassinat d'un homme d'Etat et à une usurpation du pouvoir», de concert avec «des politiciens ayant des opinions antigouvernementales et leurs partisans».

L'opposition exige la démission de Nikol Pachinian après la conclusion de l'accord de paix

Lousine Sahakian a indiqué que son client était accusé d'avoir voulu tuer Nikol Pachinian, très impopulaire depuis la signature d'un accord de paix humiliant avec l'Azerbaïdjan qui a mis fin à près de six semaines de combats meurtriers pour le contrôle de la région du Haut-Karabagh.

Cet accord consacre d'importants gains territoriaux à l'Azerbaïdjan dans cette enclave montagneuse aujourd'hui peuplée quasi exclusivement d'Arméniens, et qui avait déjà fait l'objet d'une guerre dans les années 1990.

L'annonce de cet accord avait provoqué des manifestations de colère à Erevan, des protestataires ayant saccagé le siège du gouvernement et le Parlement après y avoir pénétré.

L'opposition exige depuis la démission de Nikol Pachinian, qu'une partie de ses partisans qualifient de «traître».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»