«Missile tiré depuis un drone» : Caracas réagit à l'explosion d'une de ses raffineries

«Missile tiré depuis un drone» : Caracas réagit à l'explosion d'une de ses raffineries Source: Sputnik
Le président vénézuélien Nicolas Maduro, en octobre 2019 (image d'illustration).

Deux jours après l'explosion qui a frappé la plus grande raffinerie du Venezuela, le ministre du pétrole a dénoncé une attaque terroriste. Nicolas Maduro a, de son côté, évoqué la responsabilité de ceux qui «dirigent la Colombie».

Le ministre vénézuélien du pétrole Tareck El Aissami a affirmé le 29 octobre que l'explosion survenue deux jours plus tôt dans la raffinerie d'Amuay, la plus grande du pays, était le fait d'«un attentat terroriste». «Un missile tiré depuis un drone a provoqué l'explosion de la raffinerie», a-t-il déclaré selon l'agence de presse cubaine Prensa Latina. Il a en outre expliqué qu'un comité technique avait été mandaté pour enquêter sur l'origine de l'attaque.

Plusieurs images diffusées sur les réseaux sociaux ont rapidement témoigné des dégâts matériels sur place. 

Ainsi que l'on peut le lire sur le site de la compagnie pétrolière d'Etat, l'événement a également été commenté le même jour par le chef d'Etat vénézuélien Nicolas Maduro. «Ce qui s'est passé est très grave, c'est une attaque que nous avons dénoncée, de groupes terroristes [basés en] Colombie pour attaquer nos industries fondamentales, les raffineries, l'industrie pétrolière, pour attaquer l'industrie électrique, pour attaquer le Venezuela dans une guerre sale et injuste, a-t-il déclaré avant d'accuser directement l'Etat colombien dans cet épisode : «Il n'y a pas de limites éthiques ou morales pour ceux qui dirigent la Colombie et veulent détruire le Venezuela.»

«Même en temps de guerre [...] les installations vitales des pays qui fournissent l'électricité, le pétrole, le gaz, l'essence et l'eau sont respectées. Attaquer les services fondamentaux qui sont destinés à la population civile est considéré comme un crime de guerre», a encore déclaré Nicolas Maduro. En septembre 2020, il avait annoncé la capture sur le sol vénézuélien d'un «marine qui servait dans les bases de la CIA en Irak […] en train d'espionner les raffineries d'Amuay et de Cardón». 

Alors que plusieurs commentateurs sur les réseaux sociaux ont immédiatement reproché au gouvernement vénézuélien la récente explosion, de son côté, l'opposant politique Juan Guaido n'a toujours pas commenté l'épisode sur son compte Twitter, où il se montre par ailleurs très actif. Reconnu comme président du Venezuela par les Etats-Unis, le Canada mais aussi plusieurs pays d'Europe et d'Amérique du sud, Juan Guaido bénéficie dans son pays d'une légitimité pour le moins contestée, même au sein de l'opposition.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»