Covid = «No culture» ? Verbalisé pour une performance, un artiste belge refuse de payer l'amende

Covid = «No culture» ? Verbalisé pour une performance, un artiste belge refuse de payer l'amende© DR
La performance qui a valu à Quentin Chaveriat un PV Covid à Bruxelles, en mai.

Après une performance visant à dénoncer l'abandon du secteur culturel, notamment en période d'épidémie, Quentin Chaveriat a écopé d'une amende de 250 euros. Dénonçant une injustice, il refuse catégoriquement de la payer, et n'entend pas en rester là.

250 euros : c'est le montant de l'amende pour «interdiction de circuler» qui a été infligée à l'artiste belge Quentin Chaveriat mi-mai, alors que la Belgique amorçait son déconfinement par étapes. En cause ? Une performance dans une rue commerçante de Bruxelles où, au milieu des passants venus faire leur shopping, il était apparu, masqué et arborant sur son torse le slogan «No culture no future»... avant l'intervention des forces de l'ordre. Aujourd'hui, le recours déposé contre son PV vient d'être rejeté. Mais Quentin Chaveriat n'entend pas en rester là, et envisage même de saisir la justice si aucune solution n'est trouvée. Il témoigne pour RT France.

Le shopping autorisé, pas la culture

Par sa performance, filmée et diffusée en direct sur les réseaux sociaux, l'artiste originaire de Libramont souhaitait attirer l'attention sur une problématique : l'abandon du secteur de la culture par les autorités belges, notamment dans le cadre des mesures de restriction anti-Covid. 

Une prestation qui n'était pas du goût des forces de l'ordre. Au bout d'une dizaine de minutes, celles-ci interviennent pour mettre un terme à la performance. Si l'artiste n'oppose pas de résistance, une amende de 250 euros lui est néanmoins infligée. Ses trois complices, qui respectaient pourtant eux aussi la distanciation sociale, écopent de la même sanction.

«On considère que nous n'étions pas sur la rue Neuve pour les raisons pour lesquelles nous devions y être, c'est-à-dire pour faire des achats, pour faire du shopping, pour se rendre dans les magasins. Nous étions sur la rue Neuve pour porter un message politique et ça, c'est motif à 250 euros d'amende par personne», déplore Quentin Chaveriat.

Auteur: RT France

Que lui est-il reproché exactement ? «Le premier prétexte qu'on me donne c'est l'attentat à la pudeur, parce que j'étais torse nu», explique l'artiste, sidéré. Finalement, c'est le motif d'«interdiction de circuler» qui sera retenu contre lui, dans le cadre des restrictions décidées par les autorités contre l'épidémie de Covid-19.

Un «prétexte», selon Quentin Chaveriat. «[Les policiers] sentaient que quelque chose ne devait pas se passer à ce moment-là, qu'ils devaient l'arrêter mais ils ne savaient pas pourquoi», raconte-t-il, évoquant surtout un message politique perçu comme «dangereux».

Covid = «No culture» ? Verbalisé pour une performance, un artiste belge refuse de payer l'amende© DR

N'entendant pas payer sa contestation au prix fort, Quentin Chaveriat saisit alors son avocate pour introduire un recours contre l'amende, mais l'initiative échoue. «Aujourd'hui, notre contestation est rejetée. C'est 1 000 euros qu'on nous demande de payer pour avoir dit pacifiquement, silencieusement, que nous n'étions pas d'accord», s'indigne le comédien dans un message publié le 22 octobre sur Facebook et partagé des centaines de fois. «Aujourd'hui, dans mon cœur, je sais que la démocratie en Belgique est morte et enterrée», poursuit-il.

Des travaux d'intérêt général pour une performance ?

Déterminé à obtenir gain de cause, Quentin Chaveriat ne se satisfait pas des arrangements proposés pour l'heure par les autorités. «La commune de Bruxelles pousse l'indécence jusqu'à proposer des travaux d'intérêt général [en lieu et place de l'amende]», s'offusque le Belge ce 1er novembre dans une interview accordée à RT France. «Les politiques ont été interpellés. Si aucune solution ne se dessine, nous irons au tribunal», expliquait-il sur sa page Facebook ce 25 octobre.

Louis Marechal 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»