Les animaux marins du Kamtchatka auraient été tués par des micro-algues, estiment les chercheurs

- Avec AFP

Les animaux marins du Kamtchatka auraient été tués par des micro-algues, estiment les chercheurs© Alexandre Piraguis Source: Sputnik
La plage de Khalatyr au Kamtchatka

Les morts massives d'animaux marins sur les côtes de la péninsule du Kamtchatka (Extrême-Orient russe) sont d'origine naturelle. Elles ont été provoquées par des micro-algues, selon les premiers résultats des analyses.

Les scientifiques russes ont écarté l'hypothèse d'une pollution industrielle émanant d'un des nombreux sites militaires de cette péninsule sauvage. «Je suis sûr que nous sommes confrontés à un phénomène naturel à assez grande échelle, mais pas rare pour le Kamtchatka», a déclaré lors d'une conférence de presse le vice-président de l'Académie russe des sciences, Andreï Adrianov, cité par l'AFP. Dans les analyses d'échantillons d'eau, «des concentrations élevées n'ont été observées que pour les micro-algues du type Gymnodinium» qui produisent des «toxines qui agissent sur les invertébrés», a-t-il précisé. 

Celles-ci auraient également provoqué «en accord avec le tableau clinique observé : nausées, vomissements et diarrhée» chez les surfeurs et baigneurs, qui ont également rapporté des brûlures au niveau des yeux. Ces dernières semaines, des habitants du Kamtchatka ont constaté la présence d'impressionnantes quantités d'animaux marins morts sur les plages de l'océan Pacifique, et ont souffert de brûlures et de vomissements au contact ou près de l'eau.

Les autorités ont ouvert une enquête pour «violation des règles de gestion des substances et déchets dangereux pour l'environnement» et «pollution marine». Des experts avaient avancé l'hypothèse d'une fuite de carburant de fusée toxique, et une décharge de pesticides à proximité des plages. Mais ces versions ainsi que celle d'une pollution aux hydrocarbures, ont par la suite été écartées.

Dans un message vidéo publié sur Facebook, le gouverneur de la région Vladimir Solodov a annoncé que des phénomènes similaires de morts massives d'animaux marins ont été constatés au sud de la péninsule. Des scientifiques ont également constaté la semaine dernière qu'une nappe de pollution de 40 kilomètres de long, composée de micro-algues, dérivait sur les côtes de la péninsule, vers les îles Kouriles que la Russie et le Japon se disputent. 

Lors d'une conférence de presse dimanche, l'ONG Greenpeace a indiqué que «la situation ne s'améliore pas», des animaux morts continuant de faire surface sur les plages. Ils ont également prélevé des étoiles de mer et oursins morts afin de les faire analyser, mettant en avant le fait que les substances nocives ont plus de chance de demeurer dans leurs tissus que dans l'eau de l'océan qui se renouvelle rapidement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»