Pollution au Kamtchatka : les causes du mystérieux incident restent indéterminées

Pollution au Kamtchatka : les causes du mystérieux incident restent indéterminées© Alexandre Piraguis Source: Sputnik
Les forces de l'ordre lors de l'inspection de la plage de Khalatyr au Kamtchatka

Depuis quelques jours, la situation dans l'Extrême-Orient russe est préoccupante. Si Greenpeace crie à la catastrophe écologique, les autorités se veulent rassurantes, sans pour autant expliquer la cause de la mort massive d'animaux marins.

La région russe la plus lointaine et difficile d'accès, le Kamtchatka, s'ouvre ces dernières années de plus en plus aux touristes venus admirer sa nature sauvage, ses volcans, ses plages de sable noir, ses baleines et ses ours. Mais ces derniers jours, de nombreux témoignages font état du rejet massif sur les côtes de cadavres d'animaux marins. La situation, inédite, ne trouve pour le moment aucune explication satisfaisante. 

Des analyses effectuées sur place ont établi que la teneur en résidus pétroliers de l'eau était 3,6 fois supérieure à la normale, et que celle en phénol l’était de 2,5 fois, personne n'étant toutefois en mesure de déterminer les causes précises de la pollution. A cette occasion, Greenpeace affirme avoir contacté les autorités pour «demander une enquête immédiate sur les causes de la pollution, une évaluation de l'ampleur et l'élimination urgente des conséquences», alors que les autorités locales n'ont déclaré aucun accident industriel ou événement inhabituel récemment.

L'une des hypothèses concernant les causes de l'incident, qui se multiplient sur les réseaux sociaux, lie la pollution de la zone de la plage de Khalaktyr et de la baie d'Avacha aux nombreuses installations militaires présentes au Kamtchatka.

Ainsi, après avoir analysé des images satellitaires, plusieurs médias ont affirmé que la source de la pollution semblait être la rivière Nalitcheva, soulignant la proximité de ce cours d'eau avec une décharge de produits chimiques, certains pointant du doigt la décharge de Kozelsk. De son côté, le gouverneur du territoire du Kamtchatka Vladimir Solodov, cité par l'agence Tass, a annoncé ce 6 octobre que lors de l'inspection du polygone situé près du lieu de l'incident, les spécialistes n'avaient rien relevé d'anormal. Il a également affirmé que les résultats des analyses de l'eau prélevée ne montraient pas de concentrations dangereuses de substances nocives. Cette même information a été confirmée hier par le ministre russe de l'Ecologie Dmitri Kobylkine, cité par l'AFP, qui a pour sa part assuré qu'aucun niveau excessif de produits pétroliers ou chimiques n'avait été détecté dans les échantillons analysés. 

Voir cette publication sur Instagram

На видосах – Камчатка прямо сейчас. На фото в респираторе – Антон Морозов @snowave_kamchatka, тот самый серфер из нашего выпуска про Камчатку, который вместе с друзьями превратил Халактырский пляж в мировую достопримечательность. Вот что он пишет: «Еще 3 недели назад все после серфинга начали испытывать странные неприятные симптомы. Помутнение, сухость, боль и ощущение пленки на глазах. Першило горло, отекали и садились связки. Вкус океана – горький, не соленый, совершенно непривычный. Спустя время у нас – человек 20, проживающих в лагере, кто катает часто, – случилось отравление. Решили, что кишечная инфекция. И параллели не проводили. Было странно, но вода была вроде прозрачной, мы списывали это на возможные аллергические реакции на планктон или другие естественные биологические процессы и ждали прогнозируемого шторма. Была надежда, что с ним все это пройдет. Но это оказалось началом. В понедельник информация вышла в сеть. Власти отправили специалистов брать пробы. Вода становилась все более странной, мутной, густой. Из разных концов побережья приходили фото и видео, на которых – горы мертвых обитателей повсюду. Предварительные результаты проб показали превышение нефтепродуктов в 4 раза и фенола в 2 раза. Вчера и сегодня многие начали спешно уезжать с океана. Симптомы появляются даже без контакта с водой. Каждый час приходит новая информация и недавно получили от Greenpeace спутниковые снимки реки, которая впадает в океан, и которая, очевидно, и принесла смерть всему живому. Снимки в хронологии 1, 9, 24 сентября показывают, что 9-го числа река уже выливала тоннами отраву в океан. Получается, прошел уже почти месяц. Никакой реакции по предотвращению катастрофы и спасению ситуации не было. Вероятно, если бы ответственные за это событие люди были мужественней и заявили о своем промахе и начали спасательные операции – масштабы этого можно было держать под контролем. Но уже месяц из реки изливается яд, который убивает все вокруг». (Первое видео – пятно в океане, третье – просто жуть)

Une publication partagée par Юрий Дудь (@yurydud) le

D'ailleurs, le ministre a évoqué la possibilité d'un phénomène «d'origine naturelle». «Après les tempêtes, il y a une augmentation de la toxicité des micro-organismes dans cette zone qui provoque des changements de [la teneur en] oxygène» provoquant ce genre de phénomènes, très fréquents selon lui dans les îles japonaises de la région. Cette explication a été reprise aujourd'hui par le gouverneur Solodov. «Les scientifiques disent que c'est une cause très probable de la pollution. Cela pourrait entraîner à la fois la mort d'animaux et des dommages aux humains. De plus, se référant à une expérience antérieure, les scientifiques disent que dans les années 80 [au Kamtchatka, ndlr] il y avait des cas de mort massive d'animaux marins précisément à cause des algues», a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse. 

Si les autorités n'excluent pas un phénomène «naturel», certains experts, cités notamment par le journal Novaïa Gazeta et l'agence de presse RIA Novosti, ont avancé l'hypothèse d'une fuite de carburant de fusée extrêmement toxique, l'heptyle, qui pourrait venir d'une des installations militaires de la région. 

Le «désastre environnemental» dans l'Extrême-Orient russe, qui aura des «conséquences à long terme» selon des scientifiques ayant analysé les eaux et les plages de la péninsule du Kamtchatka, a attiré l'attention au plus haut niveau d'Etat. Dmitri Medvedev, vice-président du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, a exhorté, ce 6 octobre, à analyser soigneusement la situation écologique au Kamtchatka et ses causes, afin d'en informer le public, tandis que le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a souligné hier que les départements régionaux et fédéraux étaient chargés de la résolution de cette urgence environnementale, la situation différant donc de celle de Norilsk lors du déversement de carburant en mai dernier.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»