Russie : pollution au phénol et aux produits pétroliers sur la côte du Kamtchatka

Russie : pollution au phénol et aux produits pétroliers sur la côte du Kamtchatka© Alexandr Piragis Source: Sputnik
Une otarie décédée sur une plage du Kamchatka le 3 octobre 2020.
Suivez RT France surTelegram

Une brèche dans un tanker pétrolier dont la propriété n'a pas été établie, aurait conduit à une fuite de phénol et autres produits chimiques dans la péninsule du Kamtchatka, en Russie. Des investigations sont en cours sur la mort de nombreux animaux.

La région côtière du Kamtchatka en Russie a été contaminée par des produits pétroliers et du phénol. Environ 40 kilomètres de la côte sont devenus un cimetière pour des centaines d’animaux marins, rapporte l’agence de presse russe Tass.

«L'excès de produits pétroliers et de phénol a été identifié dans trois autres zones de la baie d'Avacha, dans le territoire du Kamtchatka», a fait savoir le 3 octobre 2020 le service de presse du ministère des Ressources naturelles de la région. «Les organes d’enquête doivent procéder à des examens du fait survenu», a-t-il ajouté. «A l’heure actuelle, une surveillance permanente de la situation a été décidée. Rosprirodonadzor [Service fédéral de surveillance environnementale, industriel et nucléaire de Russie] prélève des échantillons à la fois dans l’océan et dans les plans d'eau adjacents. Les résultats du laboratoire seront annoncés rapidement.»

Les experts ont établi que la teneur en résidus pétroliers dans l'eau était 3,6 fois supérieure à la normale, et que celle en phénol l’était de 2,5 fois. La pollution aurait été causée par la fuite d’un pétrolier commercial. La propriété du navire n’a pas été établie, comme l’a indiqué à Tass une source au sein du service d’urgences en Extrême-Orient. «Selon les premiers éléments, un pétrolier a suivi la route maritime le long de la plage avec une fuite qui a finalement été colmatée. La propriété du pétrolier n’a pas été établie, des recherches sont en cours», a précisé la même source.

Un comité d’investigation russe a entamé des recherches sur la mort de nombreux animaux sur les plages du Kamtchatka. Selon le Département des ressources naturelles de la région, des carcasses d’animaux marins ont été découvertes sur la plage de Khalaktyrsky, ainsi que dans les baies de Malaïa, de Bolshaïa Lagernaïa et de Babia.

Greenpeace rapporte de son côté dans un communiqué que «l’eau a changé de couleur et est devenue dangereuse pour la santé des gens. Durant plusieurs semaines, les personnes en contact avec l’eau ont souffert de différents maux». «Les personnes s’étant baignées se seraient plaintes de maux de gorge, de mauvaise vue, de sécheresse oculaire, de nausées, faiblesse, vomissements et fièvre», a ajouté Greenpeace.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix