Kirghizstan : l'ancien président Almazbek Atambaïev de nouveau arrêté après son évasion de prison

- Avec AFP

Kirghizstan : l'ancien président Almazbek Atambaïev de nouveau arrêté après son évasion de prison Source: Sputnik
L'ancien président kirghiz Almazbek Atambaïev le 9 octobre 2020 (image d'illustration)

Libéré de prison le 6 octobre par ses sympathisants, l'ancien président du Kirghizstan a de nouveau été arrêté, selon le Comité de sécurité nationale du pays. Il est soupçonné d'avoir organisé des troubles massifs à l'ordre public.

Le Comité de sécurité nationale du pays a annoncé, ce 10 octobre, que l'ancien président du Kirghizstan Almazbek Atambaïev, libéré de prison le 6 octobre par ses sympathisants, a de nouveau été arrêté.

Dans un communiqué, le Comité a fait savoir qu'Almazbek Atambaïev était soupçonné d'avoir organisé des troubles massifs à l'ordre public. Cette même source précise également que le Comité est en train «d'identifier et d'arrêter d'autres complices de ce crime».

L'arrestation de l'ancien président, au pouvoir de 2011 à 2017, avait d'abord été annoncée à l'AFP par sa porte-parole, Koundouz Joldoubaïeva. «Les forces spéciales ont pris d'assaut sa résidence. Ils ont arrêté l'ancien président», avait-t-elle rapporté.

Almazbek Atambaïev a été libéré de prison le 6 octobre par ses sympathisants alors qu'il purgeait une peine de onze ans pour avoir fait relâcher un chef mafieux de prison. De son côté, l'ancien président kirghiz a dénoncé un règlement de comptes politique.

Le 9 octobre, le président actuel Soroonbaï Jeenbekov, un ancien allié d'Almazbek Atambaïev qui s'est retourné contre lui, a ordonné l'état d'urgence dans la capitale du pays, Bichkek, après des affrontements entre des groupes d'opposition qui ont fait cinq blessés.

Contesté dans la rue depuis le 5 octobre, Soroonbaï Jeenbekov s'était dit prêt à démissionner mais seulement quand l'ordre public serait rétabli.

Vive contestation et crise politique dans le pays

La crise politique au Kirghizstan est née après des législatives marquées par des accusations de fraude, qui se sont déroulées le 4 octobre. Le lendemain, des affrontements entre policiers et manifestants ont fait un mort et plus d'un millier de blessés.

Dans la foulée, les manifestants avaient fait libérer de prison Almazbek Atambaïev ainsi que plusieurs autres hommes politiques, dont un ancien Premier ministre et un leader nationaliste.

Les élections ont depuis été annulées par les autorités mais cela n'a pas suffi à calmer la contestation. Cette crise fait craindre une flambée de violences au Kirghizstan, considéré comme un îlot de pluralisme dans une région où les gouvernements autoritaires sont la règle.

Cette ancienne république soviétique a déjà connu deux révolutions et vu trois de ses présidents emprisonnés ou exilés depuis son indépendance.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»