Kirghizstan : le président se dit prêt à démissionner pour mettre fin à la crise

- Avec AFP

Kirghizstan : le président se dit prêt à démissionner pour mettre fin à la crise© Vyacheslav OSELEDKO Source: AFP
Le président du Kirghizstan Sooronbaï Jeenbekov

Le président du Kirghizstan Sooronbaï Jeenbekov s'est déclaré le 9 octobre prêt à quitter son poste pour tenter de mettre fin à la crise politique qui secoue le pays d'Asie centrale à la suite d'élections législatives controversées.

«Je suis prêt à quitter le poste de président de la République kirghize lorsque des autorités exécutives légitimes auront été approuvées et que nous serons de retour sur la voie de la légalité», a déclaré dans un communiqué rendu ce 9 octobre le président du Kirghizstan Sooronbaï Jeenbekov.

Cette démission pourrait selon lui avoir lieu lorsqu'une date serait fixée pour de nouvelles élections et que des changements auraient été effectués au sein du gouvernement. On ignore toutefois dans l'immédiat si ces conditions pourront être remplies, alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce 9 octobre et font planer le risque d'affrontements violents entre factions.

Sooronbaï Jeenbekov, qui n'est pas apparu en public depuis le 5 octobre, assurait jusqu'ici via ses services que sa démission n'était «pas à l'ordre du jour», précisant mener des négociations avec différents groupes politiques. Il était toutefois sous pression de ses adversaires politiques, la Russie et les forces de sécurité kirghizes pesant en parallèle sur la classe politique pour qu'elle trouve une issue à la crise.

De violentes manifestations post-électorales secouent le pays depuis début octobre, un mouvement de contestation dénonçant des fraudes lors des élections du 4 octobre, remportées par deux partis proches du chef de l'Etat.

Cette crise fait craindre une flambée de violences dans cet Etat, les tensions n'ayant pas été apaisées par la décision des autorités d'invalider les résultats des législatives. Les affrontements dans la capitale Bichkek ont déjà fait au moins un mort et des centaines de blessés.

Cette ancienne république soviétique a déjà connu deux révolutions et vu trois de ses présidents emprisonnés ou exilés depuis son indépendance.

L'actuelle contestation post-électorale est nourrie par la confrontation farouche entre le président Sooronbaï Jeenbekov et son prédécesseur et ancien mentor politique Almazbek Atambaïev, tout juste libéré de prison par ses partisans. 

Sooronbaï Jeenbekov semblait dans une impasse suite aux législatives, même si un vote du Parlement le 6 octobre n'a pas atteint la majorité nécessaire à sa destitution.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»