Chili : un policier aurait poussé un adolescent de 16 ans du haut d'un pont durant une manifestation

Chili : un policier aurait poussé un adolescent de 16 ans du haut d'un pont durant une manifestation© JAVIER TORRES Source: AFP
Affrontements entre manifestants et policiers durant une manifestation contre les violences policières au Chili après la chute du jeune homme du haut d'un pont, le 3 octobre 2020.

Le procureur a ouvert une enquête judiciaire pour déterminer si un policier a poussé le jeune manifestant d'un pont. Les carabiniers affirment que ce dernier est tombé durant une arrestation. L’opposition demande la démission du chef des carabiniers.

Le 2 octobre, alors qu'environ 2 000 personnes étaient réunies à Santiago du Chili sur la place d’Italie, épicentre de la contestation sociale chilienne, pour une manifestation contre les inégalités, des affrontements entre civils et carabiniers (nom donné aux policiers au Chili) ont éclaté. C’est alors qu’un manifestant de 16 ans, Antony Araya, est tombé du pont qui surplombe la rivière Mapocho, atterrissant dans un canal en béton. Des témoins rapportent qu'il aurait été poussé par un membre des forces de l'ordre, soupçonné de tentative d’homicide. Le jeune homme serait dans un état stable à la clinique Santa Maria de Santiago. Les carabiniers se défendent en affirment que le jeune homme a perdu l'équilibre.

L'un des manifestants, Pavel Pavelic Jofre, témoigne, repris par le Guardian : «Alors que les manifestants fuyaient, nous avons vu le moment où l'officier a intercepté [le garçon] et l'a jeté du pont […] Nous avons réussi à faire descendre deux membres de notre groupe pour l'aider, et après avoir stabilisé son état, les pompiers ont pu le soulever loin de la rivière pour l'emmener à l’hôpital».

Enquête judiciaire en cours

Le général Enrique Monras, porte-parole des carabiniers, a contredit la version de Pavel Pavelic Jofre dans une allocution télévisée. Sans nier l’usage de la force, il a affirmé que le garçon «avait perdu l’équilibre et était tombé» au cours d’une arrestation.

Selon le procureur Ximena Chong, cité par El Pais, le Ministère public a pu «établir les circonstances dans lesquelles les faits se seraient déroulés, lesquels auraient un lien avec l’intervention d’un fonctionnaire de police». Ce dernier «aurait poussé le jeune homme de 16 ans». Le procureur a ouvert une enquête judiciaire. La police a aussi lancé une investigation administrative.

L’événement fait grand bruit au Chili, d'autant qu'il survient à deux semaines de l’anniversaire du 18 octobre (2019), jour de déclenchement de protestations lors desquelles une quinzaine de manifestants ont perdu la vie.

Le 3 octobre, des affrontement ont éclaté après que des manifestants sont retournés sur la place d'Italie pour dénoncer les agissements du carabinier qui aurait poussé Antony Araya. Le pays est secoué depuis un an par des protestations fustigeant les réformes du président Sebastián Piñera – augmentation du prix des tickets de métro, de l'électricité, entre autres –, la faiblesse du système social chilien, notamment en matière de retraites, et les violences policières (usage de gaz lacrymogènes, de canons à eau, de balles en caoutchouc...). La situation politique est d’autant plus tendue que le Chili votera fin octobre pour ou contre une nouvelle constitution.

L’opposition politique a demandé la démission du chef des carabiniers, Mario Rozas. Le parlement a initié une procédure d’accusation constitutionnelle contre le ministre de l’Intérieur Victor Pérez. Tandis que le procureur général du pays estime qu’au moins 8 575 violations présumées des droits de l’homme sont à imputer à la police lors de diverses manifestations depuis un an, pour l’instant, seuls 16 agents ont été renvoyés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»