Vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 : deux volontaires atteints de pathologies neurologiques

Vaccin d'AstraZeneca contre le Covid-19 : deux volontaires atteints de pathologies neurologiques© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images Source: AFP
Une infirmière praticienne prépare un vaccin contre la grippe pour un patient à la pharmacie CVS et à MinuteClinic le 3 septembre 2020 à Key Biscayne, en Floride (image d'illustration).

Le groupe pharmaceutique AstraZeneca, qui a déjà signé de multiples contrats de ventes de doses de vaccins contre le Covid-19 à travers le monde, est sous pression : deux participants à ses essais cliniques souffrent de troubles neurologiques graves.

Dans le cadre de la course aux vaccins contre le Covid-19, le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca, dont les essais cliniques du vaccin sont parmi les plus avancés, aurait-il du plomb dans l'aile ?

Après avoir été critiquée pour le manque de transparence entourant les protocoles des essais cliniques de ses vaccins expérimentaux contre le Covid-19, la société AstraZeneca a publié le 19 septembre des documents, notamment rapportés par le New York Times, comportant des détails sur ses essais cliniques. Selon les documents dévoilés par le laboratoire, deux personnes ont connu des complications lors des essais cliniques du vaccin au Royaume-Uni. Le groupe a reconnu que l'un des deux individus avait été atteint de sérieux troubles neurologiques et affirme ne pas avoir pu, pour l'heure, établir de diagnostic pour le second. Selon une source citée par le quotidien américain, ces deux individus souffriraient tous deux du même trouble neurologique grave.

Le premier participant aux essais britanniques − qui sont menés en collaboration avec l'Université d'Oxford − est tombé malade après avoir reçu une dose du vaccin expérimental en juillet.

La volontaire a plus tard été diagnostiquée avec une myélite transverse, «une atteinte neurologique rare causée par une inflammation de la moëlle épinière responsable d'une atteinte motrice, sensitive et sphinctérienne», selon la description faite par le CHU de Lyon sur son site internet.

La deuxième femme volontaire a pour sa part souffert de complications après s'être vu administrer une dose en septembre.

Des pathologies «peu susceptibles d'être associées au vaccin», selon AstraZeneca

Le 6 septembre, les essais du vaccin, déjà suspendus une première fois, avaient de nouveau été interrompus après que la deuxième femme s'est sentie malade. Ils avaient toutefois repris en Grande-Bretagne, au Brésil, en Inde et en Afrique du Sud moins d'une semaine plus tard. Cependant, les Etats-Unis n'ont pas encore donné leur feu vert à la poursuite du test.

AstraZeneca, qui a déjà administré son vaccin à quelque 18 000 personnes dans le monde, a déclaré dans des documents internes que les deux cas de la maladie étaient «peu susceptibles d'être associés au vaccin, ou qu'il n'y avait pas suffisamment de preuves pour dire avec certitude que les maladies étaient ou non liées au vaccin».

Les cas répétés de myélite transversale parmi les volontaires aux essais pourraient bien mettre à mal l'offre de vaccins du groupe pharmaceutique anglo-suédois.

«S'il y a deux cas, ça commence à ressembler à un pattern dangereux [...] Si un troisième cas de trouble neurologique apparaît dans le groupe du vaccin, alors ce vaccin pourrait être terminé», résume Mark Slifka, expert en vaccins de l'Université de la science et de la santé de l'Oregon, cité par le New York Times.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»