«A qui profite» l'affaire Navalny ? Le représentant russe à l'ONU s'interroge

«A qui profite» l'affaire Navalny ? Le représentant russe à l'ONU s'interroge© Nancy Sisel Source: Sputnik
Vassili Nebenzia, représentant permanent de la Russie au Conseil de sécurité de l'ONU

Source de tensions, l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny s'est invité au Conseil de sécurité de l'ONU. Le représentant de la Russie s'est interrogé sur une mise en scène. Berlin a accusé Moscou de répondre par «un écran de fumée».

Le 10 septembre, lors d'une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU, le représentant permanent de la Russie Vassili Nebenzia a réagi aux nombreuses accusations qui ont suivi l'empoisonnement présumé de l'opposant russe Alexeï Navalny, soigné en Allemagne, et source d'une crise diplomatique.

«Tout cet incident ne peut que soulever des questions quant à la mise en scène d’un acte criminel», a-t-il déclaré lors d’une session du Conseil de sécurité de l’ONU, pourtant consacrée à l’élimination des armes chimiques de la Syrie. Vassili Nebenzia a poursuivi, selon des propos rapportés par l'agence de presse Tass : «Cela conduit à une inévitable question rhétorique posée par des Latins dans de telles situations : Cui bono? Is fecit cui prodest. Celui qui profite de cela est celui qui l'a fait.»

Evoquant les nombreuses déclarations de gouvernements occidentaux, dont l'Allemagne, qui accusent la Russie de ne pas vouloir faire la lumière sur l’empoisonnement présumé de l'opposant, le représentant russe à l'ONU a souligné que les médecins russes «qui, d’ailleurs, ont sauvé Alexeï Navalny, n’[avaient] trouvé aucune trace d’arme chimique dans ses analyses», ne permettant donc pas, selon lui, l'ouverture d'une enquête. «Nous n'avons reçu aucune preuve de l'Allemagne qui nous permettrait de conclure qu'il s'agissait d'un crime avec une tentative d'empoisonnement, ce qui déclencherait une enquête», a-t-il ajouté, déplorant le manque de coopération avec Berlin.

Un sujet international, pas bilatéral, répond l'Allemagne

«Ce que nous avons entendu est encore un écran de fumée», a riposté son homologue allemand, Christoph Heusgen. «Le gouvernement allemand a informé l'ambassadeur russe à Berlin [sur cette affaire]», a-t-il encore fait valoir. Le représentant allemand a ajouté que le cas de l'opposant russe n'était «pas une question bilatérale» entre l'Allemagne et la Russie mais était au contraire lié au «sujet débattu aujourd'hui, les armes chimiques et l'emploi des armes chimiques».

«C'est un sujet de préoccupation internationale», a insisté le diplomate allemand, en soulignant qu'il devait être traité par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»