Etats-Unis : le maire de Portland interdit le recours au gaz lacrymogène à la police de la ville

- Avec AFP

Etats-Unis : le maire de Portland interdit le recours au gaz lacrymogène à la police de la ville© Caitlin Ochs Source: Reuters
Du gaz lacrymogène utilisé pour disperser des manifestations à Portland (image d'illustration).

Le maire de Portland, plus grande ville d'Oregon où des manifestants protestent contre les violences policières aux Etats-Unis depuis plus de cent jours, a officiellement interdit à la police d'utiliser du gaz lacrymogène pour le maintien de l'ordre.

«Il est temps pour tout le monde d'atténuer les violences dans notre communauté. Nous voulons tous le changement [...] la justice pour les personnes noires et toutes les personnes de couleur [...] C'est pourquoi, en tant que chef de la police, avec effet immédiat et jusqu'à nouvel ordre, je donne instruction à la police de Portland de cesser d'utiliser du gaz lacrymogène pour le maintien de l'ordre», a déclaré le 10 septembre Ted Wheeler, maire démocrate de Portland, dans une courte annonce enregistrée.

Nous avons besoin d'autre chose

«Durant les cent derniers jours, les policiers [de la ville, du comté et de l'Etat d'Oregon] ont tous utilisé du gaz lacrymogène en cas de menace pour la sécurité des personnes. Nous avons besoin d'autre chose. Nous en avons besoin maintenant», a encore déclaré l'élu démocrate.

Ted Wheeler est systématiquement conspué par les militants du mouvement Black Lives Matter et les manifestants antifas qui participent à des rassemblements quotidiens depuis la mort de George Floyd, à la suite de son interpellation filmée, le 25 mai 2020 à Minneapolis. Ses détracteurs lui reprochent notamment sa double casquette de maire et de chef de la police, mais aussi de ne pas avoir tenu ses engagements pour réduire les discriminations raciales et les violences policières qui visent selon eux les habitants issus de minorités ethniques.

Les manifestations organisées presque chaque nuit dans différents quartiers de Portland, parfois très résidentiels, se sont fréquemment achevées dans d'épais nuages de gaz irritant.

Ainsi que le rapporte l'AFP, le 5 septembre, centième nuit de contestation, les policiers avaient dispersé une manifestation qui marchait vers un commissariat avec un feu roulant de grenades lacrymogènes. Des centaines de riverains, souvent des familles avec enfants, s'étaient retrouvés plongés dans l'odeur des gaz lacrymogènes s'infiltrant dans les salons et les chambres. Le maire Ted Wheeler avait été vivement critiqué sur les réseaux sociaux à la suite de cet incident. Beaucoup des policiers qui intervenaient ce soir-là étaient des policiers de l'Etat qui ne répondent pas au maire mais au gouverneur, et ne devraient donc pas être soumis à l'interdiction.

Toujours selon l'AFP, la ville de Portland a déjà interdit, le 9 septembre, l'usage de technologies de reconnaissance faciale par tous les services municipaux, y compris les policiers.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»