Affaire Navalny : l'OTAN réclame une «réponse internationale»

Affaire Navalny : l'OTAN réclame une «réponse internationale»© Michael Kappeler/Pool
Angela Merkel et le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg (image d'illustration).

Tandis que Moscou déplore que l'Allemagne n'ait pas répondu à sa demande de coopération dans l'enquête sur l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny, les menaces se font de plus en plus pressantes sur les autorités russes. L'OTAN hausse le ton.

Ce 4 septembre lors d'une conférence de presse virtuelle, le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a réclamé des comptes aux autorités russes. «Nous pensons que [l'empoisonnement présumé d'Alexeï Navalny] est une violation flagrante du droit international et que cela demande une réponse internationale», a mis en garde le représentant de cette organisation politico-militaire créée en 1949, en pleine Guerre froide. Jens Stoltenberg n'a pas fourni de détails sur le type de réponse envisagé par l'Alliance atlantique.

Plusieurs gouvernements occidentaux, Berlin en tête, ont récemment haussé le ton envers Moscou, citant les résultats des tests menés en Allemagne sur l'opposant russe, qui auraient fait apparaître un empoisonnement à l'aide d'un agent neurotoxique de type «Novitchok». Pourtant, les analyses réalisées par les médecins russes de Moscou et Omsk (où l'opposant avait été admis dans un premier temps après un malaise) n'ont pour leur par pas révélé de traces d'empoisonnement.

Moscou déplore la non-coopération de l'Allemagne

Cela n'a pas empêché Jens Stoltenberg d'ajouter lors de sa prise de parole : «Nous appelons la Russie à communiquer totalement sur son programme Novitchok auprès de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).»

En outre, les ministres des Affaires étrangères de la France et de l'Allemagne, Jean-Yves Le Drian et Heiko Maas, ont appelé ce 4 septembre à ce que les «responsables de cet acte odieux [l'empoisonnement supposé d'Alexeï Navalny] [soient] identifiés et traduits en justice», dans une déclaration conjointe.

De son côté, Moscou a dénoncé à plusieurs reprises le fait que l'Allemagne n'ait pas apporté de réponse à la demande russe de coopération dans le cadre d'une enquête. Répondant à une question de journaliste lors d'une conférence de presse ce 4 septembre, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a ainsi déclaré : «On revoit ici le scénario qui consiste à avancer un certain nombre d'accusations à l'égard de la Russie [...]  [Au sujet de] Madame Merkel [qui] depuis deux jours nous accuse d'acte d'empoisonnement que nous aurions commis : nous n'avons toujours pas de réponse du ministère de la Justice d'Allemagne à la demande du procureur général de Russie [...] Pourquoi ce retard, ce silence ? J'espère malgré tout que nous aurons bientôt une réponse claire. Une fois que nous aurons cela en main, nous pourrons réagir.»

L'état de santé d'Alexeï Navalny, transféré à l'hôpital de la Charité à Berlin, reste grave mais continue de s'améliorer, d'après une communication le 2 septembre de l'établissement médical berlinois où il est soigné. Il reste néanmoins toujours sous assistance respiratoire selon l'hôpital. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»