Climat : de jeunes militants écologistes assignent 33 pays en justice, dont la France

Climat : de jeunes militants écologistes assignent 33 pays en justice, dont la France Source: Reuters
La Cour européenne des droits de l'homme est située à Strasbourg (image d'illustration).

Six jeunes Portugais ont décidé de poursuivre le combat de Greta Thunberg en attaquant devant la Cour européenne des droits de l'homme plusieurs pays, dont la France, auxquels ils reprochent leur inaction en matière de climat.

Six jeunes Portugais, âgés de 8 à 21 ans, ont décidé d'attaquer devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) 33 pays – dont la France –  qu'ils accusent de ne pas avoir fait leur part afin d'éviter une catastrophe climatique, selon une information parue le 3 septembre sur le site de l'organisation «Youth for climate justice».

Dans le communiqué, il est expliqué que «la crise de Covid-19 n'a pas fait disparaître l'urgence climatique». «Le changement climatique reste la plus grande menace pour l'humanité et la nécessité d'une transition radicale, loin des combustibles fossiles, est plus urgente que jamais», ajoute le texte, assurant que «la science est claire : les gouvernements européens n'en font toujours pas assez».

Parmi leurs cibles figurent par exemple la Russie, la Turquie, la Suisse, le Royaume-Uni, l'Allemagne ou encore la Belgique. Les 33 pays sont accusés d'«exporter des combustibles fossiles, d'importer des marchandises dont la production implique la combustion de combustibles fossiles [et] de permettre aux entreprises opérant ou ayant leur siège social dans leur juridiction de contribuer à la combustion de combustibles fossiles à l'étranger (par exemple, une banque finançant l'extraction de combustibles fossiles à l'étranger)». Les signataires espèrent que la CEDH contraindra les pays à respecter les accords de Paris afin qu'ils réduisent leurs émissions de CO2.

Cette bataille juridique rappelle la plainte déposée contre plusieurs Etats par Greta Thunberg et 16 autres jeunes auprès du Comité des droits de l'enfant de l'ONU le 23 septembre 2019. La France était déjà dans le collimateur des écologistes en herbe, les pays incriminés devant répondre, selon eux «de ne pas avoir tenu leurs engagements» en matière climatique. Cette action avait été saluée par plusieurs personnalités de gauche ou étiquetées «écologistes» comme Yannick Jadot, Clémentine Autain ou Ségolène Royal.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»