Loukachenko dit avoir une preuve que l'empoisonnement de Navalny est une «falsification»

Loukachenko dit avoir une preuve que l'empoisonnement de Navalny est une «falsification»© Sputnik/Alexander Astafyev/Pool via REUTERS
Alexandre Loukachenko (d.) et Mikhaïl Michoustine (g.) se sont rencontrés à Minsk, en Biélorussie, ce 3 septembre.

Lors d'une rencontre avec le Premier ministre russe, le président biélorusse a assuré qu'une conversation compromettante entre Berlin et Varsovie aurait été interceptée. Moscou a fait savoir qu'il ne disposait pas encore d'informations à ce sujet.

Le président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, a lancé ce 3 septembre de lourdes accusations contre des gouvernements occidentaux, et notamment l'Allemagne, dont le gouvernement affirme que l'opposant russe Alexeï Navalny a été empoisonné.

Au cours d'une rencontre à Minsk avec le Premier ministre russe Mikhaïl Michoustine, Alexandre Loukachenko a ainsi évoqué l'interception d'une conversation entre «Varsovie» et «Berlin» (sans préciser la fonction des interlocuteurs) par les renseignements biélorusses. Selon le dirigeant, il découlerait de cet enregistrement présumé que l'empoisonnement d'Alexeï Navalny serait une «falsification», toujours pour reprendre les termes employés par Alexandre Loukachenko.

«Il y a deux interlocuteurs qui disent clairement qu'il s'agit d'une falsification. Il n'y a eu aucun empoisonnement de Navalny. Un groupe de spécialistes, d'après ce que je comprends, a préparé des faits pour Merkel, pour l’administration allemande, et peut-être également la déclaration qu’elle a réalisée», a accusé le président biélorusse.

La chancelière allemande avait pris la parole le 2 août pour affirmer que seule la Russie «pouvait et devait» répondre aux questions posées par l'empoisonnement présumé qui était, selon elle, destiné à «réduire au silence» l'opposant. 

Alexandre Loukachenko a assuré que les auteurs de la «falsification» présumée auraient affirmé dans leur conversation, avoir agi pour «apprendre à Poutine à ne pas mettre son nez dans les affaires de la Biélorussie».

Le 7 septembre, la Pologne et l'Allemagne ont démenti l'existence de cette conversation présumée.

Le Kremlin affirme ne pas avoir de détails

Le chef d'Etat biélorusse a promis de transmettre l'enregistrement, alors que le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, cité par Tass, a assuré ce 3 septembre en début d'après-midi ne pas encore avoir «de détails sur les données de Minsk selon lesquelles l'empoisonnement de Navalny aurait pu être falsifié».

Les propos d'Alexandre Loukachenko ont été diffusés dans un extrait vidéo de la chaîne Telegram Pul Pervogo, proche du pouvoir biélorusse, et sont également rapportés par l'agence de presse Belta.

Hospitalisé à Omsk, en Sibérie, après un malaise, l'opposant russe Alexeï Navalny a ensuite été transféré à l'hôpital berlinois de la Charité. Le gouvernement allemand a assuré que les tests médicaux auxquels l'homme politique avait été soumis montraient qu'il avait été empoisonné à l'aide d'un agent neurotoxique de type Novitchok.

Des conclusions qui contredisent les résultats des premiers tests réalisés par les médecins de Moscou et Omsk, ne faisant apparaître aucun empoisonnement. Tandis que plusieurs pays occidentaux, dont la France, ont haussé le ton envers les autorités russes, ces dernières ont pour leur part déploré que l'Allemagne n'ait pas répondu à la demande de coopération à l'enquête envoyée par la Russie il y a plusieurs jours. Moscou a par ailleurs dénoncé une nouvelle «campagne» antirusse.

Assurant ne voir «aucune raison» d'accuser la Russie, le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov a pour sa part fait valoir en conférence de presse le 3 septembre : «Je ne pense pas, de manière générale, que l'empoisonnement de cette personne pourrait être profitable à qui que ce soit [...] Nous aimerions que nos partenaires en Allemagne et dans d'autres pays européens ne fassent pas de jugements hâtifs.»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»