«Stupidité», «trahison», «nouvelle ère» : large gamme de réactions après l'accord Emirats/Israël

- Avec AFP

«Stupidité», «trahison», «nouvelle ère» : large gamme de réactions après l'accord Emirats/Israël© Ammar Awad Source: Reuters
La mairie de Tel Aviv aux couleurs des drapeaux émirati et israélien le 13 août 2020 (image d'illustration).

Après l'annonce de l'accord de normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et Israël – sous l'égide des Etats-Unis – plusieurs pays se sont faits entendre. Le report de l'annexion de la Cisjordanie semble servir de justification.

Les réactions se multiplient après l'annonce de l'accord de normalisation des relations entre les Emirats arabes unis et IsraëlL'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas l'a qualifié de «trahison» de la cause palestinienne, appelant à une «réunion d'urgence» de la Ligue arabe pour le dénoncer et convoquant «immédiatement» son ambassadeur à Abou Dhabi. La représentation palestinienne «refuse cet échange entre une suspension de l'annexion illégale contre la normalisation des relations avec les Emirats qui se fait au dépens des Palestiniens», a déclaré le président Mahmoud Abbas qui s'est en outre entretenu au téléphone avec Ismaïl Haniyeh, chef du Hamas, au pouvoir à Gaza, malgré les différends entre les deux entités. Les leaders palestiniens ont convenu que «tous les pans de la société [palestinienne] s'unissaient pour rejeter la normalisation», a fait savoir à l'AFP une source au sein du Hamas.

«Stupidité stratégique» pour l'Iran, «trahison» pour la Turquie

Cet accord de normalisation conclu sous l'égide des Etats-Unis est une «stupidité stratégique», a réagi le 13 août le ministère iranien des Affaires étrangères.

Les Emirats arabes unis s'efforcent de présenter cela comme une sorte de sacrifice pour la Palestine, alors qu'ils trahissent la cause palestinienne pour servir leurs petits intérêts

Cet accord «renforcera sans aucun doute l'axe de résistance dans la région», a déclaré la diplomatie iranienne dans un communiqué. «Le peuple opprimé de Palestine et toutes les nations libres du monde ne pardonneront jamais la normalisation des relations avec l'occupant et le régime criminel d'Israël et la complicité des crimes du régime», peut-on encore y lire.

La Turquie a pour sa part accusé le 13 août les Emirats arabes unis de «trahir la cause palestinienne» en acceptant de signer l'accord de normalisation. «Les Emirats arabes unis s'efforcent de présenter cela comme une sorte de sacrifice pour la Palestine, alors qu'ils trahissent la cause palestinienne pour servir leurs petits intérêts», a déclaré dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères.

Les Emirats arabes unis se justifient, Netanyahou se réjouit

Cet accord entre les Emirats arabes unis et Israël doit être signé d'ici trois semaines à Washington, sous la houlette de Donald Trump. La pétromonarchie du golfe sera ainsi le troisième pays arabe à suivre ce chemin depuis la création de l'Etat hébreu, après l'Egypte et la Jordanie. Une victoire pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou qui s'est réjoui d'«une nouvelle ère [qui] commence dans les relations entre Israël et le monde arabe». Très contesté dans son pays où il est accusé de corruption, Benjamin Netanyahou entend profiter de cet accord pour redorer son blason. «En 1979, [Menahem] Begin a signé la paix avec l'Egypte, en 1994 [Yitzhak] Rabin a signé avec la Jordanie et j'ai le mérite de signer en 2020 le troisième accord de paix avec un pays arabe. C'est un véritable accord de paix, pas un slogan», a jubilé le Premier ministre israélien.

J'ai apporté la paix, je réaliserai l'annexion 

Entrant plus avant dans les détails, il a expliqué que l'accord était un «accord de paix complet avec des échanges d'ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv». «Les Emirats vont investir des sommes importantes en Israël [...]. Il s'agit d'une ouverture pour la paix dans la région», a ajouté le Premier ministre israélien.  

Du côté des Emirats arabes unis, on tente de soigner la façade en arguant qu'en échange de cet accord, Israël avait accepté de «mettre fin à la poursuite de l'annexion des territoires palestiniens». «Lors d'un appel entre le président Trump et le Premier ministre Netanyahou, un accord a été trouvé pour mettre fin à toute annexion supplémentaire», a affirmé le prince héritier d'Abou Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed sur son compte Twitter.

Mais Benjamin Netanyahou, loin de confirmer cette information, a même assuré le contraire : l'annexion de pans de ce territoire palestinien occupé est «reportée» mais Israël n'y a «pas renoncé». «J'ai apporté la paix, je réaliserai l'annexion», a-t-il même proclamé. «La formulation a été choisie avec soin par les différentes parties. "Pause temporaire" [de l'annexion], ce n'est pas écarté définitivement », a avancé pour sa part l'ambassadeur américain en Israël, David Friedman.

Paris salue une «étape positive»

Saluant l'accord trouvé, la France a jugé que «la décision, prise dans ce cadre par les autorités israéliennes, de suspendre l'annexion de territoires palestiniens est une étape positive, qui doit devenir une mesure définitive», selon le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian.

Par la suite, le président français Emmanuel Macron a salué sur Twitter «la décision courageuse des Emirats arabes unis et souhaite qu’elle contribue à l’établissement d’une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens». 

L'Egypte et la Jordanie, les deux seuls pays arabes à entretenir des liens diplomatiques avec l'Etat hébreu, sont restés mesurés. Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, dont le pays est un allié des Emirats et des Etats-Unis, a sobrement salué l'accord, estimant que cela empêcherait une annexion de pans de la Cisjordanie. La Jordanie n'a pour sa part ni salué ni rejeté l'accord, jugeant que son avenir dépendrait des prochaines actions d'Israël, qui doit mettre un terme à «son entreprise illégale» d'occupation de territoires, selon Aymane Safadi, chef de la diplomatie jordanienne.

L'Etat du Golfe d'Oman a lui qualifié l'accord d'«historique». Sa diplomatie a dit soutenir la décision des Emirats arabes unis de normaliser les relations avec Israël, affirmant espérer que l'accord contribuerait à une paix globale, juste et durable au Moyen-Orient.

Dans un communiqué, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a confié espérer qu'il créerait «une occasion pour les dirigeants israéliens et palestiniens de reprendre des négociations substantielles, débouchant sur une solution à deux Etats conformément aux résolutions onusiennes en la matière». Cet accord n'est finalement que l'officialisation de relations officieuses préexistantes. Car ces dernières années, Israël a développé une coopération avec des économies régionales comme Bahreïn, les Emirat arabes unis et l'Arabie saoudite dans le but de normaliser ses relations avec ces pays arabes qui partagent un ennemi commun à l'Etat hébreu : l'Iran.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»