En direct : MSF demande à la Commission internationale humanitaire de mener une enquête à Kunduz

© Capture d'écran, compte Twitter @MSF_Press

Le centre de soins de MSF à Kunduz, ville reprise aux talibans par l'armée, a été «fortement endommagé» par un bombardement nocturne qui a tué 22 personnes, un incident qui «pourrait avoir» été engendré par une frappe américaine.

  • L'organisation Médecins sans frontières a demandé à la Russie de convoquer une session indépendante de la Commission internationale humanitaire pour enquêter sur la frappe contre l'hôpital de Kunduz, a déclaré la directrice juridique de l'ONG, Françoise Saulnier. «Nous avons envoyé des lettres à tous les participants (des conventions de Genève) qui sont membres de cette commission, y compris la Russie», a-t-elle ajouté.

    «L'enquête sera menée par des personnes indépendantes et non étatiques», a précisé Françoise Saulnier.

    MSF avait alors déclaré s'être adressé à 76 pays-membres de la Commission internationale humanitaire pour établir les faits liés au bombardement de l'hôpital de Kunduz. La Russie est membre de cette commission depuis le 29 septembre 1989.

  • Mercredi 7 octobre, la présidente de MSF, Joanna Liu, a demandé à la Commission internationale humanitaire de mener une enquête à Kunduz pour établir les faits du bombardement de l'hôpital dans le cadre des Conventions de Genève. Elle a aussi précisé qu'elle «ne faisait pas confiance à une enquête militaire interne» engagée par les Etats-Unis, dans la mesure où ce pays constituait une partie du conflit.

    Mardi 6 octobre, MSF a critiqué la conférence de presse du général américain John Campbell. Pour la 4ème fois en 4 jours, ce dernier avait modifié la version des faits concernant la frappe aérienne sur l'hôpital de Kunduz, avouant que les Etats-Unis avaient bombardé le centre médical par erreur.

    «L’hôpital a été touché par erreur. Nous n’aurions jamais visé délibérément une installation médicale», a déclaré le général américain John Campbell lors d’une audience devant les parlementaires américains.

    La décision de procéder à ces frappes a été prise dans le cadre d’un soutien aérien sollicité par les forces afghanes qui combattaient les talibans à Kunduz, a confirmé le général, en soulignant qu’elle avait été prise «au sein de la chaîne de commandement des Etats-Unis».

    «Même si les Afghans nous ont demandé ce soutien, toutes les décisions passent à travers une procédure rigoureuse» avant qu’une frappe soit effectuée, a expliqué le responsable

  • L’Italie a qualifié la frappe aérienne américaine contre l’hôpital à Kunduz de faute qui ne peut pas être justifiée.

  • MSF réclame une enquête indépendante sur le bombardement de l’hôpital à Kunduz car l’ONG estime que cette enquête ne doit pas être confiée à des militaires américains.

    «Estimant qu’un crime de guerre a été commis, MSF demande à ce qu’un organe international indépendant conduise une enquête complète et transparente», a déclaré son directeur général Christopher Stokes.

    «Faire confiance à l’enquête interne exécutée par l’une des partie en conflit ne sera pas efficace du tout», a-t-il poursuivi.

  • MSF annonce un nouveau bilan, plus lourd : 22 morts, dont 12 membres du personnel de l’hôpital et 10 patients.

  • L’armée américaine a annoncé dans un communiqué, samedi, que ses forces aériennes avaient effectué une frappe «à proximité» de l’hôpital de MSF à Kunduz. «Les forces américaines ont mené le bombardement aérien dans la ville de Kunduz à 2h15 [heure local], le 3 octobre. Elles visaient des insurgés qui tiraient à bout portant sur des militaires américains assistant les forces de sécurité afghanes à Kunduz. Le bombardement a été mené à proximité de l’installation de Médecins sans Frontière», a-t-il été admis dans le communiqué.

  • «Toutes les indications révèlent que le bombardement a été mené par les forces de le coalition internationale», a affirmé MSF dans un communiqué. «MSF demande un rapport complet et transparent de la part de la coalition, concernant ses activités de frappes aériennes, samedi matin, dans le ciel de Kunduz».

  • Le Comité de la Croix Rouge a indiqué que deux de ses employés travaillaient étroitement avec l’établissement de MSF à Kunduz, mais qu'ils n’ont pas été blessés lors du bombardement.

  • D’après le nouveau bilan de l’ONG MSF, 12 membres du personnel et au moins 7 patients ont été tués dans le bombardement de l’hôpital afghan.

  • Le secrétaire américain de la Défense, Ashton Carter, indique que Washington tente toujours de déterminer ce qu'il s’est passé lors du bombardement qui a touché l’hôpital afghan. «Une enquête est en cours, dans le cadre de cet incident tragique. Elle se fait en coordination avec le gouvernement du pays», a-t-il annoncé dans un communiqué.

    D’après le ministre, la zone autour de l’hôpital a été le théâtre d'intenses combats ces derniers jours, durant lesquels les forces américaines soutenant l’armée afghane luttaient contre les combattants talibans.

Selon un nouveau bilan communiqué par MSF, neuf employés ont été tués et 37 personnes gravement blessées dans le bombardement de l'hôpital. De nombreux patients et membres du personnel sont également portés disparus à la suite de cette frappe, a précisé MSF samedi. Au moment du bombardement, 105 patients et 80 membres du personnel, des Afghans et des étrangers, étaient présents dans le centre de soins.

Selon l'Otan, dont les frappes aériennes ont soutenu l'armée afghane dans sa contre-offensive à Kunduz, une frappe américaine a été menée pendant la nuit contre des «personnes qui menaçaient les forces de la coalition» et elle «pourrait avoir engendré des dommages collatéraux dans un centre médical qui se trouvait à proximité».

MSF, qui s'est également exprimé sur le sujet, a dit souhaiter que «toute la lumière sur l’attaque soit faite rapidement». L'ONG a affirmé avoir prévenu les armées américaines et afghanes que le bâtiment avait été touché par une première frappe pendant la nuit, mais que les bombardements avaient néanmoins continué «pendant plus de 30 minutes».

Le centre de soins de MSF a apporté une aide cruciale à la population civile depuis lundi et la prise de Kunduz par les talibans, puis la contre-offensive des forces de sécurité afghanes. C'est le seul hôpital dans cette région du nord de l'Afghanistan capable de traiter des grands blessés.

«MSF a traité 394 blessés depuis lundi», a expliqué Dr Bart Janssens, directeur des opérations de l'ONG. «Nous sommes profondément choqués par cette attaque», a-t-il ajouté. 

Kunduz, verrou stratégique du nord de l'Afghanistan, a été cette semaine le théâtre d'âpres combats entre les talibans et les forces de sécurité afghanes, qui ont repris le contrôle de la ville jeudi.

En savoir plus : Afghanistan: les Américains récusent qu'un de leurs avions ait pu être abattu par les talibans

La Croix Rouge s’active

Dans une interview à RT, Neha Thakkar, responsable des médias du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a indiqué que l’organisation avait déjà entamé des conversations avec  différentes parties du conflit.  Mais aussi avec son homologue de MSF afin d'examiner la situation.

D’après la représentante du CICR, cet incident est très inquiétant puisqu'il «représente une violation de la loi humanitaire internationale ce qui aura un effet sur la capacité de MSF et du CICR d’atteindre les gens ayant vraiment besoin de soins médicaux en Afghanistan».

Thakkar a également souligné que les discussions concernant l’évacuation du personnel sont en cours. Mais elle n’est pas au courant de la décision exacte. «Lorsqu’on veut fournir l’attention médicale aux gens affectés par le conflit et si, dans le même temps, les installations hospitalières sont ciblées, cela rend notre travail impossible», a-t-elle expliqué ajoutant que l’organisation cherche la meilleure solution pour assurer la sécurité de son personnel et le bien-être du peuple afghan.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales