Russie : plus de 130 interpellations lors d'une manifestation contre la réforme constitutionnelle

Russie : plus de 130 interpellations lors d'une manifestation contre la réforme constitutionnelle© Dimitar DILKOFF / AFP
Manifestants à Moscou le 15 juillet.

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés à Moscou et Saint-Pétersbourg pour contester la réforme constitutionnelle votée par référendum début juillet. La police a procédé à plus de 130 interpellations.

Plusieurs centaines de manifestants se sont rassemblés, le 15 juillet, pour protester contre la récente révision de la Constitution russe le long du boulevard Strastnoy au centre de Moscou. La police a arrêté 132 personnes selon le ministère de l'Intérieur, tandis qu'un comptage de l'ONG OVD-Info fait état quant à lui de 147 interpellations. Le rassemblement n'avait pas été autorisé en raison de la situation sanitaire, sur fond de pandémie de Covid-19. 

Des actions de sensibilisation ont eu lieu à Saint-Pétersbourg et Moscou sous forme de collecte de signatures.

«Nous organisons cet événement sous forme de collecte de signatures en vue d'un recours devant la Cour suprême, en gardant la distance de 1,5 mètre et dans les masques de protection sur lesquelles on pourrait lire Non aux amendements !» a justifié Andrei Pivovarov, directeur exécutif d'Open Russiaune organisation crée par l'ancien oligarque Mikhaïl Khodorkovski. 

Si les amendements prévus par la réforme ont déjà été approuvés par plus de trois quarts des suffrages exprimés (77,92% des voix) lors d'un référendum et sont entrés en vigueur le 4 juillet dernier, certains opposants dénoncent en particulier l'amendement permettant à Vladimir Poutine d'être de nouveau candidat aux élections présidentielles de 2024. 

«Notre objectif est de prouver que les Russes sont opposés à la remise à zéro du compteur des mandats présidentiels, qu'ils sont contre le fait que Poutine resterait jusqu'en 2036», a déclaré Andrei Pivovarov.

Si à Saint-Pétersbourg, le rassemblement s'est achevé sans incident, la collecte de signatures à Moscou s'est transformée en manifestation sauvage : «La Russie sans Poutine !», «la Russie sera libre !», ont scandé des manifestants. 

Les interpellations ont commencé lorsqu'un groupe de manifestants a bloqué la route perturbant la circulation. Une députée municipale de l'opposition qui est une figure de proue de ce mouvement contre la révision de la Constitution, Ioulia Galiamina, a annoncé sur Facebook avoir été arrêtée avec sa fille.

La plupart des manifestants ont été relâchés le 16 juillet au matin. Certains d'entre eux risquent une détention administrative pouvant aller jusqu'à 15 jours, selon l'agence de presse TASS. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»