«Pas crédibles» : Trump dément les informations sur des primes russes en Afghanistan

«Pas crédibles» : Trump dément les informations sur des primes russes en Afghanistan© Jim Watson Source: AFP
Le président américain Donald Trump le 17 avril 2020 (image d'illustration).

Réagissant une nouvelle fois à l'article du New York Times selon lequel la Russie aurait payé des groupes armés pour tuer des soldats américains en Afghanistan, le président américain a derechef réfuté ces allégations.

«Les [services de] renseignement viennent de me signaler qu'ils n'avaient pas trouvé ces informations crédibles et ne les ont donc pas remontées au Vice President Mike Pence. Potentiellement un autre canular fabriqué sur la Russie, peut-être par les [auteurs de] fausses nouvelles du New York Times qui souhaitent nuire à l'image des Républicains», a écrit le 28 juin le président des Etats-Unis Donald Trump, dans un nouveau tweet faisant référence aux révélations publiées deux jours plus tôt par le célèbre quotidien américain.

Présentés comme «des représentants officiels» du renseignement américain, les interlocuteurs cités dans l'article y affirment notamment que l'actuel locataire de la Maison blanche a eu accès «il y a quelques mois», à des documents selon lesquels le renseignement militaire russe (GRU) aurait secrètement distribué de l'argent à des combattants islamistes et à des criminels «proches des Taliban» afin qu'ils tuent des soldats de la coalition internationale en Afghanistan.

La veille, le président américain avait déjà tweeté plusieurs fois à ce sujet : «Personne ne m'a briefé ou n'a briefé le vice-président Mike Pence ou le chef de cabinet Mark Meadows sur les soi-disant attaques sur nos troupes en Afghanistan par les Russes» ou encore «Les [auteurs de] fake news du New York Times doit révéler leur source "anonyme". Je parie qu'ils ne peuvent pas le faire, cette "personne" n'existe probablement même pas !»

En tout état de cause, les allégations mises en avant par le New York Times ont rapidement fait l'objet de démentis, dès le 27 juin, de la part de la Maison blanche et de la diplomatie russe.

Pour sa part, le journal américain n'a pour l'heure pas été en mesure d'étayer les informations de son article par d'autres témoignages que ceux d'interlocuteurs ayant parlé «sous la condition de l'anonymat pour décrire les renseignements délicats et les délibérations internes». Réagissant au contenu présenté par le quotidien new-yorkais, la journaliste indépendante Caitlin Johnstone a de son côté estimé qu'il s'agissait d'une «faute journalistique». «Les médias mainstream qui publient des déclarations du renseignement de façon anonyme et sans aucune preuve, publient simplement des communiqués de presse de la CIA déguisés en information», a-t-elle notamment écrit.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»