Seattle : tirs dans une «zone autonome» de manifestants, un mort et un blessé grave

- Avec AFP

Seattle : tirs dans une «zone autonome» de manifestants, un mort et un blessé grave© David Ryder/Getty Images Source: AFP
Le mémorial dédié à l'homme tué par les tirs, le 20 juin 2020 à Seattle, aux Etats-Unis (image d'illustration).

Un homme a été tué par balles et un autre blessé à Seattle en marge des manifestations après la mort de George Floyd. Le drame s'est déroulé dans la «zone autonome» créée par les manifestants, qui en bloquent l'accès à la police.

Un homme a été tué et un autre grièvement blessé le 20 juin par des tirs dans la «zone autonome» créée par des manifestants dans un quartier de Seattle, au nord-ouest des Etats-Unis, ont annoncé les autorités. Cette «zone autonome» a été instaurée dans le cadre de la vague nationale de manifestations contre la violence policière et le racisme qui a suivi le meurtre de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié par un policier blanc lors de son interpellation à Minneapolis.

Depuis deux semaines, des manifestants et des activistes occupent le quartier de Capitol Hill à Seattle. Ils ont créé ce qu'ils appellent «une zone sans police» et disent mener une expérience sociale qui se déroule généralement dans une ambiance festive.

Les manifestants bloquent le lieu à la police

La police a été alertée le 20 juin que des tirs avaient fait des victimes et a voulu se rendre dans la zone, mais a été empêchée d'accéder au lieu. Les agents «ont été accueillis par une foule violente qui les a empêchés d'avoir un accès sécurisé aux victimes», ont souligné les forces de l'ordre de Seattle dans un communiqué.

Plus tard, la police s'est entendu dire que les deux victimes avaient été transportées à l'hôpital où l'une d'elles, un homme âgé de 19 ans, était décédée. L'autre homme «reste à l'hôpital avec des blessures qui engagent son pronostic vital», a déclaré la police.

Le communiqué indique que le ou les tireurs sont toujours en liberté et que la police ne dispose pas d'une description du ou des suspects.

Les caméras individuelles portées par les policiers qui sont intervenus montrent comment les manifestants se sont interposés et les ont affrontés pour leur interdire l'accès à la zone.

L'existence de la «zone autonome» de Seattle a suscité une vaste controverse politique. Le président Donald Trump a déclaré qu'elle était aux mains d'anarchistes et de militants gauchistes, et a menacé d'y faire rétablir l'ordre par la force. L'édile de Seattle, Jenny Durkan, et le gouverneur Jay Inslee ont défendu l'existence de la «zone autonome» et ont rejeté les déclarations de Donald Trump.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»