La Hongrie va demander à l'ONU des «quotas mondiaux» pour les réfugiés

Des réfugiés traversent la frontière entre la Hongrie et l'Autriche. © David W Cerny Source: Reuters
Des réfugiés traversent la frontière entre la Hongrie et l'Autriche.

La Hongrie va proposer mercredi à l'ONU l'introduction de «quotas mondiaux» pour les réfugiés, qui ne «doivent pas être uniquement à la charge de l'Europe», a déclaré le chef de la diplomatie hongroise Peter Szijjarto à New York.

Lors d'une conférence de presse à New-York, le chef de la diplomatie hongroise a annoncé être sur le point de proposer «une initiative sur des quotas mondiaux», car la question des migrants est «un défi global qui doit avoir une réponse globale». 

Evoquant la crise migratoire, Peter Szijjarto a affirmé que les «sources des déplacements massifs de population» étaient «des pays qui sont devenus instables en raison de décisions politiques internationales» et pas seulement européennes, ajoutant que l'Europe «ne doit pas supporter la charge des migrants seule».

«L'Europe n'est pas en état d'accepter des centaines de milliers, voire des millions de migrants économiques», a martelé M. Szijjarto, qui a défendu la politique hongroise et la construction de barrières à ses frontières avec la Serbie et la Croatie.

En savoir plus : Crise migratoire: le trafic entre la Croatie et la Serbie arrêté après des interdictions réciproques

«Il y a des règles européennes claires qui disent que les Etats membres doivent défendre les frontières extérieures de l'UE. La Hongrie est une frontière extérieure et c'est pourquoi nous avons bâti une barrière à la frontière avec la Serbie», a-t-il insisté.

«Maintenant le problème s'est déplacé vers la Croatie et nous devons protéger aussi cette frontière», a-t-il poursuivi, alors que Zagreb a dénoncé la politique «inacceptable» de Budapest.

«On nous critique mais personne ne fait de suggestion ou ne propose d'alternative», a lancé le chef de la diplomatie hongroise, rappelant que d'autres barrières existaient en Europe ou aux Etats-Unis, à la frontière avec le Mexique. 

En savoir plus : La Hongrie adopte une loi qui autorise le gouvernement à utiliser l’armée contre les migrants

«On ne fait pas ça pour s'amuser. Un Etat est un Etat parce qu'il sait défendre ses frontières», a-t-il poursuivi, en plaidant pour «une force européeenne conjointe de policiers, soldats, hélicoptères, navires, avions», pour contrôler la frontière grecque, porte d'entrée des migrants en Europe.

Il a également estimé que la communauté internationale devrait financer les camps de réfugiés en Turquie, Liban et Jordanie, pays qui accueillent des millions de réfugiés syriens chassés par la guerre.

Pour aller plus loin : La Slovaquie attaquera l'Europe en justice pour s'opposer aux quotas de réfugiés

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, qui a récemment exhorté les pays européens à «faire plus» pour les centaines de milliers de migrants et réfugiés, notamment syriens, qui affluent vers l'Europe, organise mercredi un sommet sur la crise migratoire. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban devrait y défendre sa position et les arguments du chef de la diplomatie hongroise.

Pour aller plus loin : Les membres de l’UE se mettent d’accord pour répartir 120 000 réfugiés

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales