Politique migratoire italienne : Salvini a-t-il été visé par une manoeuvre politique de magistrats ?

Politique migratoire italienne : Salvini a-t-il été visé par une manoeuvre politique de magistrats ?© Remo Casilli Source: Reuters
Le sénateur italien et patron de la Ligue, Matteo Salvini, à la sortie du Sénat italien, à Rome, le 20 mai 2020 (image d'illustration).

Laissant supposer une manigance politique à l'encontre du chef de la Ligue, un échange privé entre deux hauts magistrats italiens a été divulgué par voie de presse. L'affaire remonte à 2018, quand Matteo Salvini était ministre de l’Intérieur.

Révélée le 21 mai dans la presse italienne, une conversation polémique aurait eu lieu sur WhatsApp en 2018. Elle impliquerait l'ex-membre du Conseil supérieur de la magistrature Luca Palamara – actuellement suspecté dans des affaires de corruption – et Paolo Auriemma, actuel procureur en chef de la ville de Viterbe.

Nous devons attaquer

Le présumé échange s'inscrit dans le contexte d'une offensive politique d'ampleur contre Matteo Salvini, alors ministre de l’Intérieur et déterminé à appliquer une politique anti-migratoire conforme à ses promesses électorales. A cette époque, le natif de Milan s'opposait notamment à l'arrivée sur les côtes italiennes de navires chargés de migrants, choix qui lui avait valu, sur le plan politique, de sévères remontrances à l'échelle de l'Union européenne, et, sur le plan judiciaire, de faire l'objet d'une enquête ouverte par le parquet d'Agrigente (Sicile) pour «séquestration et abus de pouvoir», avant que la justice italienne n'abandonne finalement les charges à son encontre.

«Je suis désolé de dire que je ne vois pas vraiment où Salvini a tort. Des tentatives illégitimes sont faites pour entrer en Italie, et le ministre de l’Intérieur intervient pour empêcher que cela ne se produise [...] Et je ne comprends pas ce que le procureur d’Agrigente a à voir avec cela», aurait alors écrit Paolo Auriemma à son confrère Luca Palamara, qui à son tour, lui aurait répondu : «Vous avez raison, mais maintenant, nous devons attaquer».

Le parquet a-t-il sciemment décidé de charger l'ancien homme fort du gouvernement italien tout en le sachant juridiquement inattaquable sur l'affaire en question ? En tout état de cause, selon le même échange WhatsApp, Paolo Auriemma aurait pour sa part estimé peu judicieuse une attaque contre le ministre dont la politique sur le volet migratoire était a priori plébiscitée dans le pays. «Tout le monde pense comme lui», aurait-il en effet rétorqué.

En réaction aux révélations de cet échange, le chef de la Ligue – que ses partisans surnomment il Capitano – a publié le 21 mai un post Facebook dans lequel il explique s'inquiéter d'une remise en question du «principe de séparation des pouvoirs» en Italie.

Les députés de la Ligue ont pour leur part adressé une pétition au président Sergio Mattarella pour enquêter sur cette affaire. «Ce qui a été rapporté par le journal est très grave et intolérable : l’indépendance de la politique vis-à-vis du pouvoir judiciaire doit être préservée», ont-ils notamment estimé.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»