Belgique : les soignants réservent une haie de déshonneur à leur Premier ministre

Belgique : les soignants réservent une haie de déshonneur à leur Premier ministre© RT France
images
Les soignants belges marquent leur désaccord au passage de Sophie Wilmès, Premier ministre et ancienne ministre du Budget en charge de la réforme des hôpitaux.

Une centaine d'employés d'un hôpital bruxellois a snobé le Premier ministre belge, lui tournant le dos alors qu'elle venait apporter son «soutien». En première ligne de la crise du Covid-19, ils réclament une revalorisation de leur profession.

Une centaine de membres de l'hôpital Saint-Pierre à Bruxelles – infirmiers, médecins, administratifs, pompiers – ont formé une haie de déshonneur ce 16 mai à l'arrivée de Sophie Wilmès, Premier ministre belge et ancienne ministre du Budget en charge de la réforme hospitalière. Ils ont marqué leur désaccord en tournant le dos au passage des voitures protocolaires.

Auteur: RT France

Comme en France, les soignants sont excédés par le manque de moyens et réclament une revalorisation de leurs salaires depuis plusieurs mois. Des arrêtés royaux prévoyant la délégation des soins à du personnel non qualifié et la réquisition des soignants en cas de besoin, ont encore ajouté à leur colère. Le personnel soignant estime avoir fait suffisamment d'efforts durant la crise pour être épargné par cette dernière mesure.

Le Premier ministre visitait ce jour plusieurs hôpitaux pour faire part de son «soutien» aux soignants. Au micro de la RTBF, elle a promis de faire un geste pour la profession : «Je ne conçois pas que l'après-crise soit ramené à ce qu'il y avait avant. Il faudra structuraliser la revalorisation du métier.»

Quand Wilmès, en charge du Budget, dénonçait la «surcapacité» des hôpitaux

Ancienne ministre du Budget au moment de la réforme des hôpitaux, Sophie Wilmès est particulièrement dans le viseur des soignants en colère.

Un extrait vidéo datant d'il y a plusieurs années a récemment refait surface sur les réseaux sociaux, alimentant encore le ressentiment de ses détracteurs. On y voyait la ministre libérale évoquer une volonté de «plus d'efficience» dans le système hospitalier belge, déplorer une «surcapacité dans l'offre». Sophie Wilmès expliquait qu'il s'agissait de l'un des chantiers du gouvernement.

Des mots qui, à la lueur de la crise actuelle, résonnent amèrement. Comme dans plusieurs pays d'Europe lourdement impactés par le coronavirus, le système hospitalier belge et les soignants ont été mis à rude épreuve. Le Covid-19 a emporté 9 052 personnes dans le royaume, plaçant la Belgique parmi les premiers pays touchés par l'épidémie en terme de nombre de décès par habitants.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»