BARKHANE : STOP OU ENCORE ? (DOSSIER)

BARKHANE : STOP OU ENCORE ? (DOSSIER)© MICHELE CATTANI Source: AFP
Un caporal français déployé au sein de l'opération prend la pose, à Soum (Nord du Burkina Faso), le 12 novembre 2019 (image d'illustration).

La France a cherché à remotiver le G5 et arracher un renouvellement du soutien américain en janvier, avant de lancer une nouvelle task force au Sahel. Mais sans solution locale, l'armée trouvera-t-elle une issue à ce conflit aux mille visages ?

L'opération Barkhane, initiée sous l'égide du président François Hollande en août 2014 et en relais des opérations Serval au Mali et Epervier au Tchad, devait permettre de sécuriser dans le Sahel et le Sahara une zone vaste comme l'Europe qui traverse l'Afrique d'ouest en est.

Avec les pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina-Faso, Niger et Tchad), cette opération conjointe impliquait initialement la France, le Royaume-Uni et l'Estonie pour lutter contre la menace djihadiste salafiste.,

Avec la nouvelle task force Takuba, de nouvelles armées européennes sont impliquées, mais la France reste le fer de lance diplomatique et militaire de cette opération qui a déjà duré six années, sans espoir, selon les experts que nous avons interrogés, d'un désengagement prochain.

La menace est actuellement concentrée dans la région dite des «trois frontières», au cœur d'un Etat en faillite : le Mali... Mais encore faudrait-il clairement identifier cette menace que l'armée française nomme indistinctement «groupes armés terroristes» (GAT) ou «djihadistes», un terme devenu générique qui recouvre des réalités complexes sur le continent africain.

Mais surtout, avant toute perspective de désengagement militaire, la France et ses partenaires devront en premier lieu relever les grands défis de cette région du monde : la gouvernance politique, l'économie, l'éducation et la sécurité.

Retrouvez notre dossier en trois volumes

La nouvelle task force Takuba : chant du cygne ou renouveau ? par Antoine Boitel :

Après six années de guerre pour la sécurité et contre le djihadisme au Sahel sur invitation des autorités maliennes, la France lance la task force Takuba à l'été 2020. Mais pour quel objectif ? Et pour combien de temps ?

Que peut l'armée française face à l’impasse politique au Sahel ? par Katia Pecnik :

Selon les experts, l’opération Barkhane s’enlise faute de solutions politiques apportées aux communautés du Sahel, principalement au Mali. La neutralisation de djihadistes relayée par les médias est insuffisante pour rétablir la sécurité des pays.

Qui sont les djihadistes du Sahel que combat la France ? par Alexandre Job :

Qui la France combat-elle au Sahel ? Souvent présentés comme désœuvrés et fanatisés, les individus rejoignant les organisations terroristes locales y sont parfois contraints par la faillite de l'Etat. Une réalité qui complique la mission de Barkhane.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»